Révolution open-source dans l’agriculture

196

Dans le Missouri, Marcin Jakubowski a fabriqué un tracteur dont il a publié les plans sur le net, avant d’imaginer le « kit de construction du village global » : 50 outils répondant aux besoins fondamentaux des hommes, du four à pain à la presse à briques.

Au cours de ses longues études, Marcin Jakubowski n’a cessé de s’interroger sur les capacités de la science à répondre à nos besoins concrets. Un doctorat de physique nucléaire en poche, cet Américian d’origine polonaise a délaissé les paillasses et les équations pour s’offrir une ferme dans le Missouri… et un tracteur. Jusqu’à ce jour de 2008 où la machine tomba en panne. Refusant de débourser 30 000 dollars pour acquérir un nouveau tracteur, Jakubowski décide de fabriquer le sien : un outil simple, fonctionnel, que l’on peut mettre à niveau à souhait, et surtout, plus rentable qu’un tracteur classique sur le long terme.

tracOS

Il ne lui faut que trois mois et 6 000 dollars pour mettre au point le premier LifeTrac, une machine obtenue grâce à l’assemblage de tubes d’acier. Les plans, les méthodes de fabrication et le détail du budget sont mis à disposition de tous sur Internet, à contre-courant de la logique des brevets et du secret industriel. Ainsi naît le principe de l’Ecologie Open Source qui, expliquait Jakubowski en 2012 sur le blog de TED (traduction en français ici ), vise à « répondre à la simple question suivante : « Qu’est-ce qui se passe lorsque l’on décide de travailler véritablement ensemble, avec les autres ? » Ce principe s’applique à tous les secteurs de la société, de l’économie, à tout le reste. »

L’inventeur n’entend pas en rester là. Soutenu financièrement par TED, il imagine alors le « kit de construction du village global  » : une plate-forme ouverte qui détaille comment fabriquer les 50 machines industrielles nécessaires à « la construction d’une petite civilisation incluant tout le confort moderne ». Rejoint par des bénévoles, il se lance dans la fabrication de ces outils open-source – donc reproductibles par quiconque – allant de l’imprimante 3D au four à pain, en passant par la presse à briques, la scieuse et la voiture fonctionnant à la biomasse. 15 de ces 50 projets ont déjà été prototypés à l’aide de logiciels, de tables de découpe contrôlées par ordinateur, de perceuses à circuits imprimés et d’imprimantes 3D. Le reste devrait suivre d’ici 2015 et pourait essaimer aux quatre coins du monde : « Le concept commence à être adopté internationalement – plus d’une douzaine de machines ont été produites à partir de nos plans ouverts – dans cinq pays à travers le monde  », se félicite l’agriculteur dans le dernier billet publié sur son blog.

kit

Le « kit de construction du village global »

LIRE L’ARTICLE INTÉGRAL SUR WE DEMAIN

A propos Frédéric Baylot

MÉDITACTION, BANDE DESTINÉE & POLÉTHIQUE « Fer senzill i lleuger, per més serenitat i alegria. » http://frederic.baylot.org/
Cet article a été publié dans Agroalimentaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.