Chine – La piété filiale, cheval de bataille de l’Etat chinois

achine confucius Foin de l’ingratitude. La piété filiale (xiao), l’une des vertus cardinales du confucianisme, est désormais une obligation légale en Chine.

Du moins sur le papier, tempèrent le CS Monitor et le NY Times, alors qu’une loi sur la protection des droits et intérêts des personnes âgées vient d’être promulguée. Elle stipule que les jeunes adultes d’une famille seront désormais tenus de prendre soin de leurs parents âgés, à la fois économiquement et psychologiquement, indique Radio Free Asia, rappelant qu’à la fin de 2011 le pays comptait 185 millions de personnes de 60 ans ou plus (soit 13,7 % de la population).

Grâce à cette nouvelle disposition, une femme de 77 ans a déjà obtenu gain de cause devant les tribunaux : la cour de Wuxi (Est) a imposé à sa fille de lui rendre visite au moins une fois tous les deux mois, relatent la BBC.

Si les autorités chinoises ont choisi d’intervenir sur le terrain juridique, cela tient à un contexte singulier : la politique de l’enfant unique instaurée à la fin des années 1970 pour contenir l’explosion démographique, conjuguée à trois décennies de réformes économiques (notamment une urbanisation accrue), a accéléré « le déclin de la famille traditionnelle élargie ».

Et d’insister sur le fait que « la ruée vers la modernité » a attiédi la piété filiale. Accueillie favorablement par de « nombreux » Chinois, la nouvelle loi n’en suscite pas moins des doutes quant à son application concrète.

achinevieillesse-chine

A quelle fréquence les enfants devront-ils rendre visite à leurs parents ? Quid des sanctions appliquées en cas de manquement à leurs obligations ? Ces questions demeurent pour l’heure sans réponse.,

Pour certains citoyens, dont USA Today se fait l’écho, l’intention de l’Etat est peut-être louable, mais la piété filiale est davantage affaire de morale que de jurisprudence.

Le Monde 07/07/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.