Compte de campagne – Nicolas Sarkozy : une victime … ?

LE MONDE | 10.07.2013 | Par Gérard Courtois, directeur éditorial du journal
De quoi Nicolas Sarkozy est-il victime ?
Personne ne l’ignore, Nicolas Sarkozy est une personnalité hors du commun. La critique le stimule, l’échec le blinde, l’adversité le dope. Même dans le cercle très fermé des grands animaux politiques, sa ténacité, sa pugnacité, son assurance sont exceptionnelles. Il vient d’en offrir une nouvelle démonstration après le rejet, par le Conseil constitutionnel, des comptes de sa campagne présidentielle de 2012.
Cette décision est doublement accablante : pour les finances de son parti, l’UMP, qui ne sera pas remboursé par l’Etat de quelque 11 millions d’euros ; pour l’image de l’ancien président, tout bonnement sanctionné pour n’avoir pas respecté la loi. Comme à son habitude, M. Sarkozy tente de retourner cette avanie à son avantage. Avec un culot qui forcerait l’admiration si sa contre-attaque ne relevait, aussi ouvertement, de la mauvaise foi. Le message qu’il a publié sur sa page Facebook, dès le vendredi 5 juillet au matin, est, à cet égard, un modèle du genre.
Tout d’abord, assure-t-il, « un principe nouveau a été mis en oeuvre : pour un dépassement, que nous avons contesté, de 400 000 euros, soit 2,1 % du compte de campagne s’applique une sanction de 100 %, soit 11 millions d’euros ». Surprenante affirmation quand on sait que le financement des campagnes présidentielles est soigneusement codifié et que ses règles avaient été rappelées, en début de campagne, au candidat Sarkozy et à son équipe, par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. La nouveauté – salutaire – est que le Conseil constitutionnel les a appliquées strictement, contrairement à la mansuétude dont il avait fait preuve lors de scrutins précédents, en particulier en 1995.
En outre, en ne mentionnant que ce dépassement du plafond autorisé, M. Sarkozy cherche à accréditer l’idée que sa faute était bénigne et la sanction disproportionnée. Il oublie seulement de signaler qu’il ne s’agit, là, que de l’un des trois motifs du rejet de son compte de campagne. Car le Conseil lui reproche également son manque de sincérité. Réévaluées par les « juges » de la rue Montpensier, ses dépenses réelles ont dépassé de 1 669 930 euros ses dépenses déclarées soit, précise le Conseil, « 7,8 % de plus que le montant des dépenses déclarées et 7,4 % du plafond des dépenses autorisées ». Enfin, une réunion publique (à Toulon, le 1er décembre 2011) a été financée sur le budget de l’Elysée, en toute irrégularité.
Si M. Sarkozy est victime de quelque chose, comme il le laisse entendre et ses amis plus encore, ce n’est pas d’une sanction excessive, voire d’un acharnement particulier, mais bien de son imprudence, de sa négligence ou, pire, de la volonté de biaiser avec la règle.
Le deuxième message de M. Sarkozy sur Facebook est tout aussi stupéfiant : « Le premier parti d’opposition de France qui a contribué à rassembler près d’un Français sur deux, ne bénéficiera d’aucun remboursement public. Toutes les formations politiques ont été remboursées par l’Etat, à l’exception de l’UMP. Cette situation inédite sous la Ve République met en péril la formation qui doit préparer l’alternance tellement nécessaire au socialisme. » Factuellement, c’est exact. Mais, là encore, l’ancien président procède par omission, autant que par allusion.
Imprévoyant
Car ce n’est pas d’aujourd’hui que l’UMP est dans une situation financière périlleuse. La décision du Conseil constitutionnel y ajoute, certes, un manque à gagner de 11 millions d’euros. Mais elle n’est pour rien dans les quelque 40 millions de dettes déjà accumulées par ce parti. Non seulement celui-ci vivait sur un pied très supérieur à ses moyens, mais il n’a pas anticipé sa défaite aux législatives de 2012 et la perte de 120 sièges de députés, qui a fait fondre de quelque 14 millions par an sa dotation publique. Pour le premier parti d’opposition de France, c’est bien imprévoyant !
Quant à l’allusion, elle est transparente : comme lui, l’UMP est victime d’une sanction exceptionnelle, quasiment d’un règlement de comptes. Cette manie de discréditer le juge n’est pas nouvelle chez M. Sarkozy. Mais, en l’occurrence, elle frise le gag. Sept des neuf membres du Conseil constitutionnel qui ont rejeté son compte de campagne ont été nommés par la droite (et l’un d’entre eux confirmé, depuis, par la gauche). On veut croire qu’ils l’ont été pour leur expérience et leur compétence. Et si ce n’est le cas, pour leur proximité avec ceux qui les ont choisis. Il serait singulier de les soupçonner, aujourd’hui, de quelque complot. Singulier et choquant comme, bien seuls dans leur camp, n’ont pas manqué de le souligner Alain Juppé et François Fillon.
« Au-delà de l’UMP », enfin, l’ex-président en appelle « à tous ceux qui sont attachés au pluralisme ». Et il ajoute : « Je dois assumer mes responsabilités en m’engageant pour la garantie d’une expression démocratique libre dans notre pays. » Ce message a été réitéré, lundi 8 juillet, devant le bureau politique de l’UMP. On croit rêver ! Le pluralisme serait donc menacé par une décision de la plus haute juridiction du pays ! Et voilà le principal responsable des infractions constatées qui s’érige en premier défenseur de la démocratie bafouée ! La pirouette ne manque pas d’audace ; espérons que les Français n’y verront qu’une imposture. Que l’on sache, la démocratie suppose le respect de la loi par tous, même par les anciens présidents de la République.

avec Hollande.jpg déc

Si M. Sarkozy veut « assumer responsabilités », peut-être devrait-il commencer par admettre qu’il n’est victime, comme bien souvent par le passé, que de lui-même.
courtois@lemonde.fr
Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.
Face à Sarkozy, la riposte de Fillon

asarko victimes

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Débats Idées Points de vue, Justice, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.