Edouard Balladur – L’ancien Premier ministre aurait utilisé des fonds spéciaux de Matignon lors de la campagne présidentielle de 1995.

  Le Nouvel Observateur 24-07-2013

Balladur soupçonné d’avoir détourné des fonds spéciaux de Matignon

 Le parquet de Paris a délivré, mercredi 18 juillet, un réquisitoire permettant aux juges Van Ruymbeke et Le Loire, en charge du volet financier de l’affaire Karachi, d’enquêter sur d’éventuels « détournements de fonds publics » dans le cadre de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995, d’après des informations publiées par « Le Monde ».
L’ex-Premier ministre se serait servi de fonds « secrets » mis à la disposition des ministres, et supprimés en 2001 par le gouvernement de Lionel Jospin, pour financer illégalement sa campagne à l’élection présidentielle de 1995.
 Depuis le début de l’enquête en 2010, les juges auraient accumulé les preuves accréditant cette thèse. « Le Monde » cite notamment un ancien gendarme, Frédéric Aucher, devenu secrétaire général de la campagne électorale. Il aurait affimé en novembre 2011, face aux policiers de la division nationale d’investigations financières et fiscales: Pierre Mongin [alors chef de cabinet du Premier ministre NDLR] « m’a dit qu’il compenserait ma perte de salaire par une enveloppe de fonds secrets de Matignon ». L’ancien gendarme précise même, « en fin de mois, Pierre Mongin me remettait des espèces. Le montant a évolué au fil des mois. Le premier mois, j’ai eu 30 000 francs, puis 50 000 francs à deux reprises ».
Des cartons remplis de « petites coupures » à Matignon
En décembre 2012, l’ex-trésorier de la campagne, René Galy-Dejean, va dans le même sens, évoquant des « boites en carton » remplies de « petites coupures », dans le bureau de Pierre Mongin. Son chauffeur, Jean-Louis le Guevel a déclaré à la police s’être rendu début 1995 à Matignon chercher des fonds secrets : « M. Galy-Dejean et M. Alexandre Galdin sont restés à Matignon environ une demi-heure. Ils sont sortis et, je m’en souviens précisément, avec quatre sacs en jute provenant de la Banque de France. J’ai tout de suite compris qu’ils venaient de récupérer une somme d’argent à Matignon et que c’était pour la campagne de M. Balladur », cite « Le Monde ».
Le réquisitoire supplétif délivré pour « détournement de fonds publics » et « recel » conforte les soupçons de malversations dans le financement de cette campagne. Edouard Balladur, qui a toujours nié les financements illicites, est en outre soupçonné d’avoir bénéficié de « rétrocommissions » issues de ventes d’armes par l’intermédiaire de l’homme d’affaire Ziad Takkiedine. L’ex-directeur de cabinet d’Edouard Balladur à Matignon, Nicolas Bazire, qui dirigea la campagne, est déjà poursuivi dans ce dossier.
Selon « Le Monde », le cumul de ces soupçons devrait amener les magistrats instructeurs à se dessaisir du dossier dès la rentrée au profit de la Cour de justice de la République (CJR), seule habilitée à enquêter sur un ministre pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions.
Vidéo déclaration Ziad Takkiedine.

aballadur car

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Justice, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.