Birmanie : libérations d’opposants en trompe-l’œil ?

Il a tenu une partie de sa promesse. En visite historique aux Etats-Unis en mai puis en Europe la semaine dernière, le président Thein Sein avait assuré aux chefs d’Etat qui l’ont reçu que les droits de l’homme étaient respectés en Birmanie et que la transition, « après un demi-siècle de pouvoir militaire et de démocratie autoritaire », était en marche.  
A Londres, il avait promis d’acquitter l’ensemble des « prisonniers d’opinion » du pays d’ici à la fin de l’année. Mardi, il s’est partiellement exécuté, en libérant 73 prisonniers politiques. Le ministre des affaires étrangères britannique, à l’instar des dirigeants occidentaux, a salué ces libérations, tout en invitant le président Thein Sein à acquitter l’ensemble des prisonniers encore captifs (leur nombre est estimé entre 80 et 200) (Express).
 Les défenseurs des droits de l’homme ne se réjouissent pas de cette apparente ouverture, rappelant l’arrestation récente d’activistes pour des raisons politique). De plus, les lois répressives qui permettent de mettre ces individus
en prison sont toujours en place, note le LA Times.
The New Statesman, à l’image d’autres publications occidentales, estime que la reconnaissance de l’innocence
de ces anciens prisonniers n’est qu’une manœuvre visant à obtenir du « capital politique » à l’international. C’est une question d’image et non pas le signe du changement. Surtout, le pouvoir ignore encore les problèmes de droits de l’homme « plus urgents », comme la situation des Rohingya (minorité musulmane apatride  qui vit entre la Birmanie et le Bangladesh) persécutés dans le sud-ouest du pays.

5438174-8112722

 La Birmanie est accusée de nettoyage ethnique envers ces populations. Au niveau du pouvoir, rien n’est envisagé pour améliorer leur sort.
Le Monde 25/07/2013

Lire aussi sur Inventerre : Birmanie : les violences interreligieuses s’étendent

  Jusqu’ici circonscrites à l’Etat Rakhine, situé à la frontière avec le Bangladesh, les violences à caractère religieux ont gagné le centre de la Birmanie et sont un véritable frein à sa transition démocratique. L’an passé, les attaques contre les … Lire la suite →

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.