2 ans après Fukushima, ou quand la connerie humaine produit des catastrophes en chaîne…

Come 4 News – 29-07-2013 – Ecrit par Catalan66270
Fukushima est, de fait, la plus grave catastrophe nucléaire depuis 1986, Tchernobyl d’auguste mémoire… Deux années plus tard, où en est la situation ?
Le mercredi 6 Mars 2013, des médias étrangers au Japon, triés sur le volet, mais dont quelques uns, après tirage au sort, ont été invités, par la Tokyo Electric Power Company, à se rendre dans la centrale de Fukushima afin d’y réaliser des interviews. Le taux de radioactivité, détecté à proximité du réacteur 4, est de 114 mSv/heure, – millisievert/heure ou millième de sievert/heure, le sievert étant une unité utilisée pour donner une évaluation de l’impact des rayonnements sur l’être humain -, soit environ 1.000 fois le taux acceptable pour l’homme en un an. Pour les réacteurs 1, 2 et 3, de même impliqués dans l’accident nucléaire majeur classé au niveau 7, les données, afférentes au taux de radioactivité, ne sont pas communiquées. Les seuls éléments connus émanent de la compagnie électrique, propriétaire de la centrale, et de l’Autorité Nucléaire Japonaise qui soutiennent que la situation « s’est stabilisée dans la centrale » et qui affirment que « le démantèlement total des réacteurs devant prendre entre 30 et 40 ans, deux grands chantiers sont en cours, le premier visant à vider la piscine du réacteur 4, afin de sortir le combustible usé de la cuve, le retrait devant s’achever fin 2014, qui ne supporterait pas un deuxième séisme ; et le deuxième étant celui du réacteur 3, une structure de protection, autour du réacteur, en cours de construction, afin d’éviter les rejets… »
Avant le 11 Mars 2011, plus de deux millions d’habitants vivaient dans le département de Fukushima. Depuis, selon un rapport rendu public en Juin 2012, par l’Agence de la reconstruction japonaise, près de 160.000 d’entre eux ont été déplacées dont 100.000 installées ailleurs dans le département et 60.000 résidant dans le reste du Japon. Il est à savoir que ceux qui demeuraient dans un périmètre de 20 kilomètres autour de la centrale, secteur devenu « zone interdite » ou « zone d’évacuation forcée », dans un périmètre de 20 à 30 kilomètres, considéré comme « zone d’évacuation non obligatoire » et dans des « hot spots » ou « points à forte concentration radioactive », au-delà du périmètre de 30 kilomètres, autrement dénommés les « évacués », reçoivent, de Tepco, 1.000 à 1.200 euros par mois passé hors de chez eux.
Au 01 Juillet 2013, les taux de radioactivité sont toujours anormalement élevés dans les zones périphériques de la centrale nucléaire de Fukushima. Si nous nous attachons aux conclusions émises dans un rapport publié le 28 Février 2013, par l’Organisation mondiale de la Santé, – OMS -, mais « sous-estimant honteusement l’impact des premières radiations de la catastrophe de Fukushima sur les personnes présentes à l’intérieur de la zone d’évacuation d’un rayon de 20 kilomètres et qui n’ont pas été capables de partir rapidement », le risque de contracter un cancer de la thyroïde, – cancer du sein pour les bébés-filles et leucémie pour les bébés-garçons -, pour les personnes résidant dans un rayon de plus de 50 kilomètres autour de la centrale délabrée et quasi ruinée, est permanent.
Mais comme l’absurdité humaine, – la connerie humaine en l’occurrence semblant plus appropriée -, n’a pas de nom, et comme l’argent n’a pas d’odeur, la saison hivernale 2012/2013, à quelques centaines d’hectomètres de la centrale de Fukushima, là où s’est produite l’une des plus abstruses catastrophes nucléaires, la saison des sports d’hiver y a battu son plein. La neige y étant abondante, les forfaits moins chers qu’ailleurs et la radioactivité, plaquée au sol, donnant la fausse apparence d’une diminution de son taux, en masse, les Japonais y sont venus skier en toute tranquillité.
————————-
Enenews Radio: Fukushima Daiichi has “contaminated the biggest body of water on the planet” — Radioactive leaks to harm marine and human life — Whole Pacific Ocean likely to have cesium levels 5-10 times higher than at peak of nuclear bomb tests (AUDIO) [ Fukushima Daïchi a contaminé le plus énorme volume d’eau de la Terre » – Les fuites radioactives vont causer des dommages à la vie marine et à la vie humaine – Tout l’océan Pacifique contient vraisemblablement des niveaux de césium 5 à 10 fois supérieurs à ceux observés juste après les essais de bombes nucléaires.]
http://enenews.com/radio-fukushima-daiichi-has-contaminated-the-biggest-body-of-water-onthe-planet-whole-pacific-ocean-likely-to-have-cesium-levels-5-10-times-higher-than-at-peak-of-nuclearbomb-tests-audio

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Energie, International, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.