Le nouveau patron du Medef dit franchement merde à l’écologie

Charlie Hebdo – 7 août 2013 – Fabrice Nicolino
Gattaz, c’est du lourd. Président du Medef depuis le départ de Laurence Parisot, « le patrons des patrons » conchie avec une belle vigueur toutes les contraintes. L’écologie ? Encore une invention des ennemis de l’industrie.
87694878_oQui a dit sur RTL : « Je dis non à toute fiscalité écologique » ? Lui, Pierre Gattaz, nouveau chefaillon du Medef depuis que la Parisot a été balancée à la benne. Gattaz n’est pas la moitié d’un idiot. La preuve immédiate avec le diesel, qui ne tue jamais -prématurément – que 42 000 personnes par an en France (chiffres OMS). Selon lui, le taxer serait un crime contre la bagnole et ses acheteurs, qui perdraient du pouvoir d’achat. Sans compter que le coût du transport de la pacotille ne pourrait qu’augmenter. Il est mieux de mourir que de voir ça.
Le gaz de schiste ? C’est évidemment « une filière d’avenir« , et il faut autoriser de toute urgence son exploration en France. La vieille croute nucléaire de Fessenheim ? Il ne faut surtout pas fermer la centrale en 2016, comme l’a promis Hollande, car il ne s’agit, tout bien considéré, que d’une « décision politique« . En somme , carton plein. Parisot se foutait de l’écologie, Gattaz aussi, mais avec en plus la bave aux lèvres.
Patrons de père en fils
Ne pas croire pour autant qu’il ne serait qu’un simple gogol. La « fiscalité écologique » est, sur le papier du moins, une bombe thermonucléaire susceptible de détruire l’édifice industriel tout entier, ce qui embêterait un chouïa le Gattaz. Essayons la simplicité et citons pour commencer André Gorz, penseur défunt de ‘écologie politique. On trouve dans Écologie et Liberté (coécrit avec Michel Bosquet, Galilée, 1977), ceci : « L’Homo œconomicus […] ne se pose jamais de questions de qualité, d’utilité, d’agrément, de beauté, de bonheur, de liberté et de morale, mais seulement des questions de valeur d’échange, de flux, de volumes quantitatifs et d’équilibre global.« 
aurelyahooOn aura reconnu pas mal de gens. L’industrie est intrinsèquement incapable de s’interroger sur le sens. Elle produit, vend, crache du flouze pour ses maîtres, et aimerait que la police de la pensée débarrasse le monde de ses détracteurs. Dans ces conditions, Gattaz a bien raison de refuser les taxes écologiques, car ce serait pour lui mettre le doigt dans l’engrenage. La bagnole individuelle, pour ne prendre que cet exemple, n’existe que parce que ses innombrables coûts cachés ne sont pas pris en compte. Si l’on commence à demander des comptes pour les poumons de ceux qui vont mourir pollués par les particules fines du diesel, où s’arrêtera-t-on ? La bagnole enchaîne des foules au crédit, son carburant tue les villes du monde, contribue massivement au dérèglement d’un climat pourtant à peu près stable depuis dix mille ans. La taxer sérieusement, c’est l’interdire. Un programme irrésistible.
Voilà où en est le Medef en cet été 2013 : surtout, on ne lâche rien. Gattaz, pou en revenir un instant à lui, est l’héritier de son bon papa, Yvon, lui aussi « patron des patrons » entre 1981 et 1986, quand le Medef s’appelait le CNPF. Les deux, très proches, partagent une même vision du monde, qui nous ramène à des temps, disons, controversés. Le vieux, Yvon, a signé à l’été 2010, dans la revue Commentaires, un article réclamant gentiment la suppression des syndicats. Car, écrivait-il, « les syndicats, menaçants, tragiques, démolisseurs, démoralisateurs, gréviculteurs, sont plus médiatiques que le bon patron caché dans sa province sans syndicat, à la recherche du bonheur social« . On a le droit de songer aux beaux discours de Vichy, qui rendaient les ouvriers tellement patriotes.
Quant à son fiston, Pierre, on sait qu’il arrive à la tête du Medef accompagné d’un revenant, Denis Kessler, auteur – décidément – d’un très remarquable article (Challenges, 4 octobre 2007) qui s’achève sur ces mots : « Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !« 
medef retraiteAvec de tels maîtres de la pensée, l’écologie est en de bonnes mains. Hollande, qui se moque du tiers comme du quart, a refilé le 2 avril la grand-croix de la Légion d’honneur au vieux. Et le jeune, de son côté, est raccord. Comme il le dit avec simplicité (Les Échos, 29 octobre 2010) : « Nous disposons, en France, de tous les atouts. Mais pour retrouver la croissance, il faut renouer avec le temps des bâtisseurs et des conquérants. » Tout détruire, c’est forcément rebâtir.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Industrie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.