Que faire ?

Cette crise économique cache bien plus qu’une crise du capitalisme, elle est une crise de l’humain et avec l’humain de tout le vivant ( … )
Alors comment faire pour que la décroissance économique soit synonyme d’un changement sociétal en profondeur dans le sens d’une économie conviviale défendue par Ivan Illich alors que les conditions des économies conviviales connue ne sont plus là ? (…)
Sortir du productivisme et du consumérisme passera sans doute par des formes de bi-activisme, un peu de salariat complété par de l’autoproduction et de la production de biens et services en circuits courts. (…)
Dans les années 68 des tentatives de vie communautaires ont été faites. Elles sont généralement restées sans lendemain. Les seules vies communautaires durables dans l’histoire semblent avoir été liées à un haut degré de spiritualité. Le défi de ce mode de vie est celui de l’ego à tendance dominatrice. C’est l’ego qui n’est jamais repu, qui fonctionne par identification, par notion de propriété. Tout le système capitaliste  y trouve son germe et son développement. Seule une ascèse de l’esprit peut en tirer le meilleur. La bonne volonté et les idéaux n’y suffisent généralement pas. L’introduction de la méditation de la pleine conscience dans la pratique communautaire à de fortes chances de pouvoir être l’élément de la réussite.
Plusieurs paramètres devraient être pris en compte qu’il serait long de détailler. Le projet doit être bien pensé en amont. Je cherche des personnes dans le sud de l’Alsace, du côté de Sundgau et de Mulhouse pour constituer un groupe de réflexion sur cette perspective.
Fabien Maeder, 6 rue de Bretagne, 68730 Illfurth
La Décroissance, journal de la Joie de vivre : Juillet-Août 2013 n° 101

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Consumérisme, réflexion, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.