Location de voiture – Attention aux arnaques : Que choisir consacre un article à ce type de litige

Cette information  nous parvient de notre ami internaute de la Réunion. Attirer notre attention sur les précautions bien utiles … notamment  à l’étranger

Qui a cabossé la voiture de location ?

De retour de vacances, vous ouvrez votre boîte aux lettres, n’y découvrez que des factures, et soupirez de désolation. Vous inspectez votre relevé bancaire, et cette fois, vous sursautez : votre banque a soustrait une grosse somme d’argent à votre compte… au profit d’une société auprès de laquelle vous aviez loué une voiture.
C’est ce qui est arrivé à Marie : en juin, cette Française réserve un véhicule, pour une semaine, à l’agence Sicily by car de Catane, en Italie.
Lorsqu’elle le rend, l’agence est fermée. Elle le gare sur le parking, et laisse les clés dans une boîte aux lettres ad hoc. Mais quelques jours plus tard, elle découvre un débit de 760 euros sur son compte, au profit du loueur. Elle appelle l’agence, pour avoir des explications. On lui répond qu’une serrure a été forcée, et qu’on lui en facture la réparation.
Furieuse, elle demande à sa banque de lui rembourser la somme prélevée sans son accord. « Le banquier a l’obligation d’annuler une telle opération, qui s’est faite sans l’accord exprès de son client », explique Serge Maître, le secrétaire général de l’Association française des usagers des banques (AFUB).
Le code monétaire et financier dit en effet qu’« en cas d’opération de paiement non autorisée (…) le prestataire de services de paiement du payeur rembourse immédiatement (…) le montant de l’opération non autorisée ». M. Maître précise que « la prise d’une empreinte de la carte bancaire ne suffit pas à valider une autorisation ». La Banque postale a d’ailleurs restitué les 760 euros à Marie.
RÈGLE D’OR
Cette dernière a toutefois porté plainte contre la société Sicily by car. Car s’il est vrai que la serrure d’une portière a été forcée, cela s’est fait pendant la nuit, c’est-à-dire après qu’elle eut rendu la voiture, affirme-t-elle. Obtiendra-t-elle gain de cause aussi sur ce point ? Ce n’est pas certain. En l’absence du loueur, il aurait été opportun qu’elle photographie la voiture – sous tous ses angles –, pour prouver qu’elle n’avait pas été endommagée.
Si vous louez une voiture, la règle d’or consiste à prendre le temps nécessaire pour faire un état des lieux, au départ et à l’arrivée – comme pour un appartement. Combien de clients partis sans ce document contradictoire se sont vu facturer, à l’arrivée, des dégâts dont ils n’étaient pas responsables…
Ne croyez pas le professionnel qui vous assure que ce n’est pas nécessaire, au motif que le véhicule est neuf. Ne croyez pas non plus que l' »arnaque à la rayure » n’arrive qu’aux autres. Dans son numéro de juillet-août, le magazine Que choisir consacre un article à ce type de litige, notamment en Corse, où il semble assez fréquent.
Par conséquent, n’hésitez pas à signaler bosses, éraflures, rayures, traces de cigarette ou d’usure des pneus. Essayez les essuie-glaces. Avant de prendre la route, comparez aussi ce qui est affiché sur le tableau de bord et ce qui figure sur le contrat (le kilométrage et le niveau de carburant). Au retour, faites le plein, sinon l’agence vous facturera le carburant au prix fort. Enfin, essayez de restituer le véhicule pendant les heures d’ouverture, afin de procéder à un nouvel état des lieux contradictoire. Et si l’agence est fermée, téléphonez dès le lendemain matin.

alemonde1622045_3_f3dd_une-voiture-a-ete-prise-au-piege-par-un

Une voiture a été prise au piège par un phénomène de liquéfaction des sols après le séisme près de Christchurch en Nouvelle-Zélande, le 23 décembre. | REUTERS/SIMON BAKER
TROUVER UNE SOLUTION AMIABLE
Si le loueur avec lequel vous avez un litige se trouve dans un pays membre de l’Union européenne (UE), vous pouvez demander de l’aide au Centre européen de la consommation (CEC). C’est ce qu’a fait Thierry, après avoir emprunté une voiture à Lisbonne, chez Guerin Rent-a-car. Au départ, il avait pu faire un état des lieux, et signaler de nombreux défauts. Mais à l’arrivée, l’agence était fermée. Il a déposé les clés dans la boîte aux lettres et a pris son avion.
De retour en France, il découvre un prélèvement de 914 euros sur son compte. Il demande des explications à l’agence, qui lui dit d’écrire. Il s’exécute, dans la langue de Molière. Elle lui demande de recommencer, dans celle de Shakespeare. Il s’exécute encore, mais n’obtient toujours pas de réponse. Exaspéré, il saisit le CEC, basé à Kehl (Allemagne).
Cette association franco-allemande, membre du Réseau des centres européens des consommateurs, mis en place par la Commission en 2005, intervient auprès des citoyens ayant un litige avec un professionnel dans l’UE, afin de trouver une solution amiable. Résultat fructueux : Guerin indique avoir commis une erreur, s’excuse et rembourse…
« NÉGLIGENCE »
En cas de litige ne pouvant être résolu à l’amiable avec un loueur de l’UE, vous pouvez soumettre votre dossier à un médiateur mis en place par la profession, l’European Car Rental Conciliation Service (ECRCS), accessible seulement par mail (complaint@ecrcs.eu).
C’est ce qu’a fait Chloé, après avoir eu un accident avec une voiture louée en Allemagne. L’aile droite était endommagée, car elle avait frotté la glissière de sécurité d’une autoroute. Europcar Allemagne lui réclamait 4 .300 euros pour les réparations.
Chloé a voulu faire jouer l’assurance qu’elle avait souscrite en louant le véhicule, et ne payer que la franchise de 450 euros. Le loueur a refusé, la jeune femme ayant avoué s’« être endormie au volant », ce que la société juge comme une « négligence », exclue, par ses conditions générales, du périmètre de couverture de ses assurances.
ECRCS a validé sa position, proposant seulement une réduction du montant à payer, de 1 300 euros. Chloé aurait peut-être eu intérêt à déclarer qu’on lui avait fait une queue de poisson.
http://sosconso.blog.lemonde.fr/
LE MONDE |  22.08.2013 | Par Rafaële Rivais.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Justice, Loisirs Tourisme, Transport, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.