Indre-et-Loire – Le tram de Tours, symbole des transports du futur

 La Nouvelle République 31/08/2013 05:36

Comme le tramway tourangeau, inauguré ce week-end, les transports urbains de demain seront écologiques, confortables et interconnectés.

anr-tram-de-Tours-symbole-des-transports-du-futur_image_article_large

C’est le grand jour pour le tramway de Tours ! Succédant à ses voisines Angers, Le Mans et Orléans, la ville inaugure aujourd’hui sa première ligne, non sans fierté. L’arrivée de ce nouveau mode de transport, plus rapide et plus confortable que le bus, doit changer les habitudes des Tourangeaux. Et à terme, transporter 55.000 personnes chaque jour.

atram_1024_1_

« Investir dans les transports publics, c’est préparer l’avenir », estime Jean Laterrasse, directeur du Laboratoire Ville-mobilité-transports (*). Comme Tours, la majorité des grandes villes françaises ont ainsi engagé un combat contre la voiture individuelle qui pollue et engorge les centres-villes. « La voiture consomme de la place et de l’énergie, deux denrées qui se font rares », diagnostique le chercheur, persuadé que « les transports publics vont prendre une place de plus en plus importante ».
La France compte déjà neuf réseaux de métro et vingt-huit réseaux de tram, dont plus de la moitié ont été mis en service au cours des dix dernières années.
 «  Offrir à chacun souplesse et liberté  »
S’y ajoutent quelques dizaines de bus à haut niveau de service (BHNS). A la différence des bus classiques, les BHNS bénéficient d’une voie réservée et d’une priorité aux feux qui leur permet d’assurer d’un meilleur temps de parcours. Un projet est en cours à Poitiers.
Mais dans les grandes métropoles, les réseaux existants ne suffisent plus. En témoignent les rames du métro parisien bondées aux heures de pointe. Puisque toute la place au sol est prise, des initiatives étrangères préconisent… le transport aérien. Ainsi, Pékin inaugurera l’année prochaine une ligne de « bus volant ». En réalité, ce bus surélevé repose sur deux rails placés d’un côté et de l’autre de la route et roule en surplombant les voitures.

atelepherique-urbain_620

D’autres ont fait un choix plus réaliste, celui du téléphérique urbain. Loin des stations de ski, ce mode de transport a trouvé sa place à Istanbul, Barcelone ou encore Medellin, en Colombie. Sans emprise au sol, il ne gêne pas le trafic et coûte trois fois moins cher qu’une ligne de tramway. Annecy a un temps eu le projet de créer une ligne de 12 km de long, avant d’abandonner.
Mais pour Jean Laterrasse, ces tentatives restent anecdotiques. Dans les années à venir, l’enjeu sera avant tout de « développer l’offre existante » tout en conservant une grande diversité de solutions. En proposant aux usagers une panoplie de navettes électriques, de vélopartage, d’autopartage, de tram, de métros et de bus, les villes devront « offrir à chacun la souplesse et la liberté que leur procure aujourd’hui la voiture ».

atram_mulhouse

Tram-train Mulhouse

atram_train_nantes_alstom2

Tram-train Nantes
Des modes de transports hybrides répondant à cette demande commencent tout juste à apparaître. C’est le cas du tram-train. Mulhouse, Lyon et Nantes font déjà l’expérience de cet engin qui permet de relier un centre-ville à sa large périphérie en empruntant à la fois le réseau de tramway et le réseau ferroviaire. Un moyen d’élargir encore le périmètre des villes.
VIDÉO. Tours : on est monté dans le tram en avant-première :
le chiffre
5,3 – C’est, en millions, le nombre de Français qui utilisent régulièrement les transports urbains.
La fréquentation des réseaux publics a bondi de 25 % entre 2000 et 2010. Cette progression, plus importante que dans les autres pays européens, s’est confirmée depuis avec une nouvelle hausse de 4 % en 2011. Par ailleurs, 39 % des usagers admettent recourir aux transports publics car ils n’ont pas de voiture. En 2007, la principale raison invoquée était la crainte de ne pas trouver de place pour stationner.
Source : « Les chiffres-clés du transport public urbain 2011 » de l’Union des transports publics et ferroviaires.
> Lire aussi :
« Une ville sans voitures, ce n’est pas de la science-fiction »

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, Transport, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.