Syrie : Hollande seul allié européen d’Obama – 64% des Français contre une intervention française

Le Parisien – 30/08/13 – F.G.
En dépit de la défection du Royaume-Uni, le président français a confirmé sa volonté d’intervenir militairement.
3093137_d5126b7139c8deb0e7f409395be9a5c46995968d_640x280
François Hollande devra faire preuve de beaucoup de pédagogie s’il veut convaincre les Français de la nécessité d’une intervention française en Syrie. | AFP / Kenzo Tribouillard
C’est un non franc et massif. Selon un sondage réalisé par l’institut BVA pour i > télé – CQFD – « le Parisien » et « Aujourd’hui en France », les Français sont très majoritairement hostiles à une participation de notre pays à une intervention militaire (64 %) contre le régime de Bachar al-Assad.
Dans le détail, ils redoutent que cette intervention fasse basculer la Syrie vers un régime islamiste (37 %), qu’elle embrase la région (35 %) et qu’au final elle ne change rien à la situation des habitants au quotidien (22 %). Autres préoccupations : le manque de preuves claires de l’implication du pouvoir dans l’utilisation des gaz chimiques (17 %) ou encore le risque d’attentats, de représailles du régime et de ses alliés contre les intérêts français (18 %).
Bref, il faudra que François Hollande fasse preuve de pédagogie s’il veut renverser la tendance alors que plusieurs pays occidentaux ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne participeraient pas à d’éventuelles frappes […] On verra s’il parvient à retourner l’opinion alors que le Parlement est convoqué mercredi pour une session extraordinaire consacrée à la situation en Syrie. Cependant, il n’y aura pas de vote, contrairement au parlement britannique qui a désavoué son premier ministre Cameron…
Sondage exclusif BVA pour i > télé – CQFD – «le Parisien» et «Aujourd’hui en France» réalisé auprès de 1 010 personnes recrutées par téléphone et interrogées par Internet les 29 et 30 août 2013. Méthode des quotas.

120809-syrie-sarko

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.