Japon – Organiser les JO, un cadeau empoisonné ?

japon drapeau
L’annonce a été accueillie par des « Banzaï ! » de joie, les télévisions du monde entier ont montré des scène de liesse au Japon et le premier ministre, Shinzo Abe, s’est dit « en pleine extase ».
Mais quelques heures après l’annonce de la décision du Comité international olympique de confier l’organisation des Jeux de 2020 à Tokyo, la presse internationale a dressé la liste des défis auxquels devra faire face le Japon.
Les JO, que toutes les villes du monde rêvent d’organiser, ne sont pas une aubaine. Selon le Daily Beast, ils sont en fait « maudits » et Tokyo connaîtra le même sort que Londres en 2012.
La capitale britannique a cru, dans un premier temps, que les Jeux olympiques permettraient de développer l’est de la ville (où était concentré le gros des infrastructures), avant de déchanter : « Londres a finalement dépassé son budget de 90 % et construit une ligne de train de 800 millions de dollars flambant neuve qui a été abandonnée une fois les Jeux terminés ».
CNN, qui somme Tokyo de « sortir [son] carnet de chèque » maintenant que le temps des réjouissances est passé, cite cinq exemples de villes qui ont obtenu les Jeux olympiques… pour le pire, dont les cas les plus tristement célèbres sont Athènes et Montréal. Mais la plus grosse erreur des organisateurs est de croire que les JO peuvent avoir des retombées économiques positives sur le long terme.
De plus, Tokyo pourrait ne pas rebondir grâce aux Jeux : « la préparation des Jeux devrait exacerber les problèmes de dette, déjà massifs, du pays », note Quartz.  Shinzo Abe a parié que l’inverse se produirait.
Le premier ministre estime que les JO seront, au contraire, le levier qui permettra au Japon de « balayer » quinze ans de pertes économiques (FT, Bloomberg, Asahi).
Le Monde 09 septembre 2013

13082906_FUJI+X1I1_ori_jpg_180

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, International, Loisirs Tourisme, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.