Dominique Méda, professeure de sociologie – La mystique de la croissance : Comment s’en libérer-

Dominique Méda, professeure de sociologie à l’université Paris-Dauphine, plaide pour une reconversion écologique mêlée de justice sociale.

"Le partage des tâches parentales et domestiques (essentiellement assurées par les femmes) est la clé de l&squot;égalité professionnelle", explique la sociologue Dominique Méda. Les femmes gagnent aujourd&squot;hui 27% de moins que les hommes dans le privé et occupent l&squot;essentiel des emplois à temps partiel.Alors que les experts économiques s’extasient à l’idée d’un frémissement de la croissance dans la vieille Europe, la sociologue Dominique Méda propose une démarche totalement inverse : oublier notre obsession de la croissance et de la performance maximale pour entamer une autre voie de développement. La Mystique de la croissance, qui vient de paraître chez Flammarion, n’est pas un énième plaidoyer pour la décroissance. Pour Dominique Méda (Photo AFP), professeure de sociologie à l’université Paris-Dauphine, la reconversion écologique n’est pas une punition.
9782081299177FSLa mystique de la croissance – Comment s’en libérerParu le : 04/09/2013 – 17 euros
Alors que les pays occidentaux font face à une crise économique et sociale d’une extrême gravité, responsables politiques et experts attendent le salut du seul retour de la croissance. Pourtant si celle-ci revenait, elle contribuerait sûrement à aggraver la menace écologique à laquelle le monde est confronté. Comment sortir de cette contradiction ? En comprenant pourquoi et comment nous sommes devenus des « sociétés fondées sur la croissance ».
En tirant toutes les conséquences du caractère anachronique et pervers des indicateurs – tel le PIB – qui sont devenus nos fétiches. En mettant au cœur de l’action publique ce qui compte pour inscrire nos sociétés dans la durée. La reconversion écologique est le seul moyen de maintenir des conditions de vie authentiquement humaines sur terre, de permettre à tous d’accéder à l’emploi et de changer le travail.
Elle suppose de rompre avec une partie de nos croyances, liées à l’avènement de la modernité : le caractère intrinsèquement bon de la maximisation de la production, le progrès confondu avec l’augmentation des quantités, la passion de l’enrichissement personnel. Elle exige aussi de mettre un terme à la prétention de l’économie à décrire seule le monde que nous voulons.
La presse en parle :
Alternatives économiques n°327, septembre 2013, par Christian Chavagneux
L’obsession de la croissance et de la consommation illimitées représente le mal le plus dangereux du capitalisme contemporain : faute de les maîtriser, c’est l’avenir même de notre planète qui est en jeu. La transition écologique n’est alors plus un futur parmi d’autres, c’est une nécessité politique. Mais elle n’advient pas. Pourquoi et qu’est-ce qu’il faudrait faire pour avancer ? Lire la suite
La croissance est une mystique, Le Nouvel Obs, 15 août 2013
Nos ministres et notre président prennent donc quelques vacances. Elles sont méritées si l’on en juge par la fatigue inscrite sur les visages! A propos de cette précieuse halte estivale, j’emprunterai à mon confrère Antoine Nouis, de l’hebdomadaire protestant « Réforme », cette citation de Moché Luzzatto, un théologien juif du xviiie siècle: « C’est un stratagème du mal, une de ses ruses, que d’accabler les cœurs des hommes par un travail ininterrompu, de sorte qu’ils n’ont plus de loisir pour analyser et méditer la voie à suivre. » La voie à suivre? Je viens de lire avec attention un essai critique que je tiens pour important. Lire la suite
La croissance, leurre du bien-être, par Christophe Alix, Libération, 25 août 2013
Et si l’absence de retour durable à la croissance était une bonne nouvelle ? Une occasion unique de changer radicalement de modèle ? Une fois refermé le percutant essai de rentrée de Dominique Méda, n’importe quel «productiviste» doté d’un minimum d’honnêteté intellectuelle aura du mal à soutenir que le retour au business as usual est une perspective d’avenir. Sauf à vouloir préparer le pire aux générations futures… Le plaidoyer de Dominique Méda montre l’urgence qu’il y a à sortir de cette «mystique de la croissance». Lire la suite

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.