Etats-Unis – « Shutdown » (« cessation ») : l’Etat américain cesse ses activités

aeule-senat-americain-s-apprete-a-adopter-un_16a9dfcc1f9653798361ca1bbb35d743
La Maison Blanche a ordonné un peu avant minuit (6 heures à Paris) aux agences fédérales américaines de cesser leurs activités, le Congrès ayant échoué à voter un budget avant l’heure du début de l’exercice fiscal 2014, en raison de positions irréconciliables.
 Plus de 800 000 fonctionnaires fédéraux jugés non essentiels se trouvent ainsi en congé sans solde et sans garantie de paie rétroactive. Un million d’autres devront travailler sans être payés. Les effectifs des administrations seront réduits au minimum vital, certaines agences se retrouveront avec à peine 5 % de leurs effectifs.
Le « ping-pong parlementaire » n’a pas cessé hier entre le Sénat, à majorité démocrate, et la Chambre des représentants, dominée par les républicains. Hier soir, pour la seconde fois de la journée, les cinquante-quatre sénateurs démocrates ont rejeté, sans surprise, le texte adopté peu avant par la Chambre des représentants.

aeules-republicains-de-la-chambre-se-retrouvent_9841c4a84119a9f8ea963b6f0d3767ea

 Celui-ci prévoyait de reporter l’entrée en vigueur de la loi de réforme du système de santé défendue par Barack Obama et ses alliés démocrates. Jusqu’au dernier moment, le président a exhorté les parlementaires à voter un budget en urgence, tout en excluant de céder à la pression des républicains : la réforme du système de santé sera appliquée à partir de mardi quoi qu’il arrive, a-t-il répété.
Ce « shutdown » (« cessation ») aura des conséquences importantes sur l’économie américaine. Selon des calculs rendus publics par les économistes de Goldman Sachs, la fermeture des administrations coûterait environ 8 milliards de dollars par semaine, un chiffre établi à partir des conséquences du dernier « shutdown » de l’Etat fédéral, en 1995. Il avait duré trois semaines.
Le Monde 1er octobre 2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, International, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.