Espagne Euskadi – En pays basque l’immense marmite de jouvence.

Sud-Ouest  05/10/2013 Par Pantxika Delobel

Pourquoi les femmes basques vivent plus longtemps ?

De toute l’Europe, ce serait en Euskadi que ces dames vivraient le plus longtemps

aso femmes basques

Joakina Arozena, Felisa Mitxelena et Ane Miren Etxebeste, trois habitantes d’Oiartzun. (photo px. d.)
 A croire que les femmes du Pays basque seraient tombées dans une sorte d’immense marmite de jouvence. Comment expliquer autrement cette nouvelle parue dans la presse outre-Bidassoa : les femmes de la Communauté autonome basque (1) auraient l’espérance de vie la plus longue recensée à travers toute l’Union européenne. Excusez du peu.
Avec une moyenne de 86 ans et des poussières, elles vivraient plus longtemps que leurs voisines françaises (85,7 ans), espagnoles (85,4 ans), italiennes (85,3 ans) ou portugaises (84 ans). Du moins selon les résultats d’une étude publiée par l’Institut de la statistique d’Euskadi (Eustat).
 Dans sa basse-cour du quatrième âge, le coq (bascophone) aurait des raisons de s’écrier : «Kukurruku!» Sauf que la logique conduisant à ce classement reste contestable. Car Eustat a tout bonnement confronté les données d’Euskadi à celles des 27 États membres (à l’exception de la Croatie).

aeuskadi111020_dj3j3_carte-pays-basque_sn635

Le travail, c’est la santé
Toutefois, si l’on compare ces mêmes statistiques, région par région – comme le fait dans une autre étude l’Office européen de la statistique (Eurostat) -, le Pays basque n’en demeure pas moins un des premiers territoires au rang des espérances de vie les plus élevées d’Europe (les Navarraises atteignent 86,5 ans, tout comme les Aquitaines).
L’abcès méthodologique crevé, venons-en aux explications. «C’est vrai qu’il y a des facteurs pour expliquer notre jeunesse quasi éternelle», fanfaronne Felisa du haut de ses 83 ans. Mais lesquels? La recette ne s’échange pas au beau milieu de la cafétéria bondée d’une maison de retraite. Même si, dans la résidence Petra Lekuona, c’est un secret de Polichinelle. Puisque la moitié des résidantes de cet hospice situé sur les hauteurs d’Oiartzun (Guipuzcoa) ont déjà soufflé leurs 86 bougies!

aeuskadiaiako-harriak

Montrant du bout de sa canne la verdoyante vallée d’Oarsoaldea, la retraitée reprend d’une voix rauque et feutrée : «Il y a d’abord la nature qui nous entoure, la douceur du climat, les bains de mer chaque dimanche, les balades à Saint-Sébastien…» «Et le travail !» Interrompt aussi sec Joakina, une jeunette de 70 printemps. «C’est important, le travail. Par rapport au reste de l’Espagne, ici, au Pays basque, nous n’en manquons pas. Moi, le travail m’a aidée à rester curieuse et jeune de l’intérieur.»
Dans une bulle
«Mais c’est aussi une question d’alimentation, croit savoir Ane Miren, 80 ans. Les jeunes d’aujourd’hui mangent des fruits pleins de pesticides et de la viande bourrée de médicaments. Nous, les Basques, nous avons gardé la tradition de la bonne chère et des produits fermiers.»
Ajoutez à cela un système sanitaire à la pointe de la technologie : «À Saint-Sébastien, on trouve les plus grands spécialistes du cancer d’Espagne. Et s’il est vrai que le gouvernement espagnol coupe les robinets dans de nombreux secteurs, pour l’instant, nous sommes relativement épargnés dans notre bulle d’Euskadi», reconnaissent ces trois drôles de dames.
Et même si Madrid impose désormais à ses retraités de payer une partie de leurs traitements médicaux, elles préfèrent hoqueter de rire que d’en pleurer. Un vieux truc d’amatxi pour tromper l’angoisse comme l’adversaire au mus. Et manifestement, ça marche. Parole de doyennes de l’Europe!
(1) Celles qui naîtraient dans les années à venir.

aeuskadi

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Santé, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.