Affaire Bettencourt : non-lieu pour Nicolas Sarkozy

Le Monde 08/12/2013
L’ancien président de la République a été définitivement libéré hier de l’affaire Bettencourt, en bénéficiant d’un non-lieu, alors qu’il était mis en examen depuis mars pour abus de faiblesse.
 Son ex-ministre et trésorier de campagne Eric Woerth est renvoyé devant le tribunal correctionnel, ainsi que neuf autres personnes. Les juges Jean-Michel Gentil, Cécile Ramonatxo et Valérie Noël avaient mis en examen Nicolas Sarkozy le 21 mars, sous le soupçon d’avoir profité de la faiblesse psychique de Liliane Bettencourt, avérée depuis septembre 2006, pour se faire remettre de l’argent destiné à financer sa campagne électorale de 2007. A l’appui des soupçons, notamment, une ou deux visites du futur président au domicile de la milliardaire début 2007.
Dans leur ordonnance de 267 pages, les juges affirment cependant que l’ex-président « avait connaissance de l’état de vulnérabilité particulièrement apparent de Mme Bettencourt », qu’il est bien allé « deux fois », et non une, au domicile de la milliardaire, dont la seconde pour « obtenir un soutien financier » de l’héritière de L’Oréal.
Ce qui sauve l’ex-président, c’est qu’ils ne peuvent établir « un lien direct » entre ce qu’ils estiment être « le comportement abusif de Nicolas Sarkozy » vis-à-vis de la vieille dame, et la remontée de 400 000 euros en liquide opérée depuis les comptes Bettencourt en Suisse le 26 avril 2007 par Patrice de Maistre, l’ancien homme de confiance, qui avait rapatrié des fonds de la même manière avant la visite supposée du 24 février.
 Pour la première fois depuis le 25 mars, quand il avait commenté une mise en examen « injuste » et « infondée », M. Sarkozy est sorti de son silence : « En décidant d’un non-lieu, la justice vient de me déclarer innocent dans le dossier Bettencourt. »

12-11-23-sarkozy.jpg et bettecourt

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Humour, Justice, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.