Neuf-quinze – Le jeu de la banalisation : dans les tréfonds du « marinisme »

neuf-quinze@arretsurimages.eu 18/10/2013

Envoyé spécial, dans les tréfonds du « marinisme »

09h15Envoyé Spécial suit la candidate FN aux Municipales de Rethel (Ardennes), Anne-Sophie Leclere.
Tout va bien. Le commentaire de la journaliste l’appelle « Anne-Sophie ». On est visiblement copines. Et du coup, tous les télespectateurs se sentent entrainés dans ce copinage. D’autant qu’on a fait sa connaissance derrière le comptoir de son magasin d’articles de pêche, on l’a suivie lors d’un déjeuner en famille, puis dans un porte-à-porte où, en quelques minutes, elle recrute une future co-listière pour les municipales (il lui manque encore 18 noms sur les 28 de la liste). On partage ses difficultés de militante, ses instants de bonheur familial, ses emportements raisonnables contre les étrangers qui ne laissent rien aux Français, et ses farouches protestations de brave fille pas raciste pour deux sous.
Oui, tout va bien. Elle est tellement sympathique, « Anne-Sophie », 33 ans, blonde, incarnation vivante du marinisme, tellement castée sur mesure pour nourrir une de ces innombrables enquêtes télé sur le thème « finalement-ils-sont-comme-nous-ils-sortent-dans-la-rue-et-n’ont-plus-honte ».
Et tout d’un coup, que se passe-t-il ? Il se passe que Anne-Sophie a posté sur son mur Facebook un montage photo pas cool du tout, dans lequel Christiane Taubira est assimilée à un singe. La journaliste, on le comprend, est estomaquée. Mais « Anne-Sophie » ne se démonte pas. Elle assume. « Elle arrive comme ça, franchement c’est une sauvage, quand on lui parle de quelque chose de grave à la télé elle vous fait un sourire, mais faut voir, un sourire du diable ». Et ce n’est pas du racisme, ce montage ? interroge doucement la journaliste « Non ça n’a rien à voir, un singe ça reste un animal, un Noir c’est un être humain, j’ai des amis qui sont noirs (…) C’est une sauvage. A la limite je préfère la voir dans les arbres après les branches, que la voir au gouvernement ».
Alors que l’on était tout prêt à vitupérer ce reportage « banalisant », voilà que tout d’un coup, il apparait rétrospectivement justifié par le scoop monstrueux.
C’est parce qu’elle a gagné la confiance de la candidate, que la journaliste peut tranquillement descendre avec elle dans les tréfonds terrifiants de son imaginaire. C’est parce qu’elle a joué, dans tout son reportage, le jeu de la « banalisation », la traitant et y participant à la fois, qu’elle peut spectaculairement dévoiler les dessous de cette banalisation. C’est parce qu’elle ne met pas en scène un excité au salut nazi à la Gabriac (1), mais un archétype du « marinisme », c’est parce qu’elle n’a pas passé tout le reportage à tenter de piéger ses modèles, que cette séquence, indépendament des suites qui lui seront données par la direction du FN, est ravageuse pour ce « marinisme ». Comment donner la parole, montrer, filmer, les dirigeants et les militants du FN ? Eternelle question posée à la presse, qui sera le sujet de notre émission, tournée dans quelques heures.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Médias, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.