Lutte contre la précarité » : Des sans-domicile-fixe tweetent leur quotidien

aTwitte france inter
Jeudi dernier se tenait la Journée mondiale du refus de la misère. A cette occasion, la Fondation Abbé-Pierre, France Inter, Génération réactive et la Fondation Agir contre l’exclusion de Seine-Saint-Denis ont choisi quatre hommes sans domicile fixe vivant à Paris, Metz ou Bourges, pour témoigner d’une expérience encore inédite.
Munis de smartphones, Patrick (47 ans, trois ans de rue), Ryan (24 ans, quatre mois de rue), Nicolas (36 ans, dix ans de rue) et Sébastien (33 ans, dix ans de rue) racontent en direct leur quotidien dans la rue, sur le réseau social Twitter.

atxitter

Cette opération relayée sur un blog a été baptisée « Tweets 2 Rue » et doit se poursuivre jusqu’au 15 mars. Au-delà de tout acte mal placé de voyeurisme, cette démarche entend briser les préjugés autour de la condition des SDF.

atwitte-sdf_1314666

Pour la fondation, il s’agit de « sensibiliser l’opinion publique à la lutte contre la précarité » et de « recréer du lien social ». Toutes les informations et les réactions autour de cette opération sur Twitter peuvent êtes retrouvées par le hashtag #tweets2rue.
L’initiative n’a cependant pas convaincu tout le monde, le mot-clé étant utilisé pour critiquer une idée « voyeuriste » et « cynique ». Patrick, l’un des participants, tweetait dans la nuit de jeudi : « 2 h 30 du mat’, je caille, ça pèle sec dans mon squatt. Je viens d’allumer une clope pour essayer de me réchauffer un peu », tandis que Nicolas partageait une photographie d’une équipe de travailleurs de rue.

atwitte travailleurs

Le Monde 21/10/2013

aJOURNE-MONDIALE-REFUS-DE-LA-MISERE-journee-refus-misere-2008

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Médias, Social, Solidarité, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.