La pollution de l’air extérieur est « cancérigène », selon l’OMS

100_5782Après avoir analysé des études portant sur des milliers d’hommes et de femmes suivis pendant plusieurs décennies, les experts du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sont arrivés à la conclusion que la pollution de l’air qui nous entoure est cancérigène (voir le PDF, en anglais). Dans de précédentes études, le CIRC avait ciblé de nombreux produits chimiques qui favorisent la contamination de l’air. Il s’agit, entre autres, des gaz d’échappement des moteurs Diesel, des solvants, des métaux et des poussières.
Lire : « Plus de 100 villes chinoises soumises à la mesure de la pollution atmosphérique »
Christopher Wild souligne qu’il « existe des moyens efficaces pour réduire la pollution de l’air » et espère que ce rapport « enverra un signal fort à la communauté internationale pour prendre des mesures dans les plus brefs délais ».
3472204_6_4cb6_la-pollution-au-dioxyde-de-carbone-notamment_3802415d3da002feedf2e88a8d67f415ASTHME, BRONCHITES ET BRONCHO-PNEUMOPATHIES
Selon un document du Commissariat général au développement durable (CGDD) daté d’octobre, la pollution de l’air coûte de 0,7 à 1,7 milliard d’euros par an au système de soins en France. Par comparaison, le tabac coûte 18,3 milliards d’euros, d’après le Comité national contre le tabagisme.
L’asthme, avec de 400 000 à 1 400 000 nouveaux cas par an attribuables à la pollution, est « l’exposition chronique qui est globalement la plus préjudiciable en termes d’impact sanitaire »‘, avec un coût total situé entre 335 000 euros et 1,1 milliard d’euros. Suivent les bronchites aiguës (950 000 nouveaux cas), les bronchites chroniques (134 000 cas), et les broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO, entre 26 000 et 39 500 cas).

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Santé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.