Bougies et encens qui dégagent le plus de substances toxiques pour la santé vont être interdits

Encens et bougies parfumées les plus « polluants » bientôt interdits

Les bougies, notamment parfumées, et les encens qui dégagent le plus de substances toxiques pour la santé vont être interdits, a annoncé mercredi le gouvernement dans son « plan d’actions sur la qualité de l’air intérieur » qui est une « préoccupation de santé publique ».

atv5encens

Bougies et encens, mais aussi produits d’entretien, tabac, moisissures, peintures … sont à l’origine de la pollution de l’air intérieur afp.com – Adek Berry
Ils sentent bon et leurs effluves remplissent les pièces, mais leurs parfums peuvent cacher des produits hautement toxiques: les encens et bougies parfumées les plus « polluants » sont dans le viseur du gouvernement qui les interdira d’ici quelques mois.
Cette mesure figure dans le « plan d’actions sur la qualité de l’air intérieur » rendu public ce mercredi par les ministères de l’Ecologie, Santé et Logement.
Entre les produits d’entretien, le tabac, les moisissures, les revêtements de sol, les peintures…, les sources de la pollution de l’air intérieure sont multiples. Mais encens et bougies sont particulièrement épinglés car leur pollution est massive – ils émettent des gaz qui remplissent des pièces entières -, mais aussi parce que certains sont vendus avec l’argument de « purifier » l’air, précise-t-on au ministère de l’Ecologie.
Et les Français aiment ces « parfums d’ambiance ». Une étude du Crédoc en 2009 montrait que près de la moitié d’entre eux les utilisaient (parfums et/ou bougies parfumées), au moins une fois par jour pour 9% des personnes interrogées, à moins d’une fois par mois pour 15% d’entre elles.
Mais entre bougies et encens, ce sont ces derniers qui semblent les plus mauvais pour la santé.
Ils « sont beaucoup plus émissifs que les bougies et leur utilisation semble présenter des risques même dans le cas d’un usage mensuel », indique un récent rapport de l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris). « L’utilisation d’encens pourrait présenter des risques aigus, chroniques et cancérogènes », précise-t-il.
Particules de benzène et de formaldéhyde
Les principales substances toxiques émises par l’encens sont les particules, le benzène et le formaldéhyde. Pour les bougies, il s’agit du formaldéhyde mais aussi de l’acroléine et des particules.
Le benzène est classé cancérigène certain pour l’homme par l’Union européenne. Le formaldéhyde est un gaz irritant pour le nez et les voies respiratoires. Il est à l’origine des cancers du nasopharynx, et il semblerait également qu’il entraîne l’apparition de leucémies.
Dans une étude comparative en 2008, le magazine Que choisir avait épinglé les deux encens de marques différentes examinés. En revanche, sur cinq bougies, trois obtenaient le score maximum de trois étoiles car elles n’émettaient aucun composés organiques volatils (COV).
La liste noire des produits interdits n’est pas encore prête. Des études sont en cours pour décider quels sont les plus émissifs en polluants, et des arrêtés d’interdiction sont à attendre dans les prochains mois, précise-t-on au ministère de l’Ecologie.
Les cires utilisées dans les bougies sont d’origine multiples: animales (abeille notamment), minérales (à base d’hydrocarbures) ou végétales (soja, palmier). Des polymères sont utilisés en outre pour incorporer le parfum dans les bougies parfumées.
Les encens eux sont fabriqués à partir de broyat de végétaux (écorce d’arbres odorants, fleurs ou résine issue des végétaux). « Il est très difficile de connaître la composition exacte de l’encens qui comprend souvent un très grand nombre de substances », précise l’Ineris.
TV5MONDE Paris (AFP) – 23.10.2013 17:20 © 2013 AFPabougies parfumées

 

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Consumérisme, Ecologie, Santé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.