Palmarès du bonheur professionnel – Sur la première marche du podium l’emportent… les 450 000 cadres du secteur public : Heureux dans leur job à 90% […] ensuite les agriculteurs.

Nouvel Obs 27/10/2013 Par Véronique Radier

Prof, agriculteurs, fonctionnaires : ces 8 métiers qui rendent heureux

 Cadres du public, agriculteurs et enseignants forment le trio de tête surprise du palmarès publié dans « le Nouvel Observateur ».

ano-prof-agriculteurs-fonctionnaires-ces-8-metiers-qui-rendent-heureux

Les agriculteurs arrivent en deuxième place du palmarès. Un résultat étonnant. (Illustration Catherine Meurisse)
Avouons-le : en imaginant quels métiers pourraient bien arriver en tête du palmarès du bonheur professionnel, publié dans « le Nouvel Observateur » ce jeudi 24 octobre, nous n’avions pas pensé aux cadres de la fonction publique, moins encore aux agriculteurs ou aux enseignants. Les professions du sommet de l’échelle sociale, prestigieuses, aux revenus réputés confortables, comme celles d’avocat, de médecin, de notaire, d’ingénieur ou de pharmacien semblaient des lauréates plus évidentes. Nous avions tout faux. Les jobs qui rendent heureux ne sont pas ceux auxquels on s’attend. Question de passion professionnelle, mais pas seulement. Ceux qui croient en leur action en retirent davantage de bonheur que ceux qui jouissent de positions et/ou de revenus plus élevés. Douce revanche du sens et du dévouement, en somme

ano heureux infographie

 (*) Hors enseignants et professionnels de santé (**)  Hors professionnels de santé (Infographie Mehdi Benyezzar)
François Miquet-Marty, directeur associé de Viavoice et auteur du sondage, publié dans « l’Obs, » réalisé auprès de 5 000 personnes en activité, représentatives de 25 principaux corps de métiers, le confirme : « Même si, bien sûr, le niveau de rémunération joue sur la satisfaction, le bonheur au travail repose sur trois éléments clés : la passion pour son métier, le sentiment d’être utile à la société et le sentiment de reconnaissance, notamment par sa hiérarchie. » Et pour obtenir des réponses vraiment significatives, il a choisi des formulations très nettes, par exemple : « Diriez-vous que votre activité professionnelle vous passionne vraiment ? » ou « Diriez-vous que votre travail est vraiment reconnu par vos supérieurs hiérarchiques ? »
Avoir prise sur le réel
Sur la première marche du podium l’emportent… les 450 000 cadres du secteur public. Heureux dans leur job à 90% […] Qui sont-ils, ces cadres chargés de mettre en œuvre et d’organiser l’action de l’Etat au quotidien ? Méconnus du grand public, ils exercent des missions très variées, bien plus concrètes qu’on ne l’imagine, dans les ministères, les préfectures et autres services décentralisés de l’Etat, pour les régions, les communes ou communautés de communes, etc. Les uns sont gestionnaires d’établissements scolaires, comme Mathieu, en première ligne pour préparer les budgets, superviser les services de restauration, organiser les emplois du temps des agents dans un collège.
 « Il y a une part d’administratif mais je suis beaucoup sur le terrain, notamment pour faire le lien entre les enseignants et les agents. C’est ce rôle de coordinateur qui me plaît, et aussi, au quotidien, je peux voir les résultats de mon travail, par exemple lorsque les travaux du collège avancent. » Ou comme Gabrielle, DRH de la mairie d’un petit village de l’Hérault. « J’ai toujours voulu travailler dans le public. Ca me plaît d’être au service d’un territoire, d’un projet d’organisation, de participer activement à la vie d’un village. » […]ano bonheur infographie
La passion plus forte que les intempéries
C’est sans doute cette logique très forte d’honneur du métier qui explique la très paradoxale 2e place des agriculteurs sur notre podium. La profession défraye plutôt la chronique pour ses rigueurs et ses difficultés, et même pour ses suicides qui se succèdent à un rythme alarmant – un agriculteur se supprime tous les deux jours en France. Ravagés par l’industrialisation de l’agriculture, les 600 000 exploitants agricoles ne représentent plus aujourd’hui que 3% de la population active, et le métier n’est pas rose, comme le montrent leurs réponses sur les conditions d’exercice : 66% des agriculteurs parlent de pénibilité.
Ils sont les derniers représentants d’un monde à part, avec des revenus extraordinairement disparates selon qu’ils sont petits éleveurs ou gros céréaliers, ou encore viticulteurs de crus cotés. Mais la passion reste la plus forte. Comme celle de Fred, maraîcher bio dans un petit village de Haute-Loire. Il se démène pour vivre de son rude métier. En été, sur le pont dès 6 heures du matin et parfois jusqu’à la tombée de la nuit, il ne s’arrête qu’aux heures chaudes de l’après-midi. Avec au plus deux semaines de vacances par an, le tout pour gagner moins que le Smic. « Mais je fais ce que j’aime. Quand je vois les gens faire la queue au marché pour acheter mes produits… »
Cédric, associé avec son frère Lionel sur une petite exploitation de céréales et de production laitière dans un autre village de la région, a le même ressenti : « Je ne compte pas mes heures et je travaille un week-end sur deux, mais je me sens libre… et pas stressé ! Ici, on est seul maître à bord. » Et puis les agriculteurs se sentent utiles (84%), fiers de nourrir la planète. […]
Lire l’intégralité du palmarès des métiers qui rendent heureux et du sondage réalisé par l’institut Viavoice dans le « Nouvel Observateur » du 24 octobre.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.