Saint-Brieuc épingle les chewing-gums

Mes courses pour la planète
Il paraît que le chewing-gum aide à réfléchir : tant mieux, car aujourd’hui mâcher intelligent c’est avant tout mâcher écologique, comme le montre notre petit guide sur le sujet.
prod_gxqq85Emblème de la culture américaine et de son déferlement sur le monde, le chewing-gum est en réalité une gomme à mâcher dont les origines sont aussi anciennes que l’humanité, puisque certains hommes préhistoriques, puis les Grecs anciens et les Mayas après eux, mastiquaient des gommes végétales, sans doute pour se muscler les mâchoires. Mais le produit tel que nous le connaissons aujourd’hui, remonte à la fin du 19ième siècle, lorsqu’un Américain mélangea le latex issu du sapotillier, que mâchaient les Mayas, avec de la réglisse pour fabriquer et commercialiser les premiers chewing-gums. Officiellement reconnu comme un aliment en 1939 aux Etats-Unis, le chewing-gum fut popularisé en France lors de la libération en 1944 (l’armée américaine en distribuaient à ses troupes car il est censé aider à se concentrer et à lutter contre le stress). Puis l’industrialisation est passée par là : ses composants n’ont plus grand-chose de naturel et il  est devenu de surcroît emblématique de notre tendance à nous débarrasser de nos déchets sans se soucier le moins du monde  de l’environnement, décorant d’une multitude de taches blanches peu esthétiques les rues et les plus beaux sites urbains… Comment faire dans ce cas pour mâcher intelligent et responsable ?
Qui n’a jamais eu le pied collé au bitume après avoir marché sur un actu_-3zzf28chewing-gum fraîchement jeté par terre ? Une incivilité très répandue et qui pèse lourd sur les finances publiques – la facture publique de nettoyage se monte à 6 millions d’euros par an pour la seule ville de Londres et à plus de 220 millions d’euros sur toute la Grande-Bretagne ! C’est donc pour lutter contre cette petite incivilité que la ville de Saint-Brieuc en Bretagne a décidé de prendre le problème à bras le corps en disposant 14 Gum-Boosters (panneaux à chewing-gums) dans l’ensemble de la ville. Les Briochins sont invités à coller leur chewing-gum usagé sur la tête de l’un des personnages sur le panneau – qui sera une fois plein récupéré et jeté par les services de la ville. Cette campagne ludique fait partie d’un programme global de prévention des incivilités pour la propreté de la ville. D’autres villes en France tentent aussi d’enrayer le problème : à Pau, des « cibles » à chewing-gum sont également installées partout en ville, et à Besançon suivie de Roanne, des totem à chewing-gum ont permis de réduire de 50% le nombre de chewing-gum collés par terre. Comme quoi, en s’amusant, tout devient possible…

 

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.