Isabelle Balkany piégée par la brigade financière

Le Canard Enchaîné du 30/10/13 – Hervé Liffran
Première adjointe de son mari à la mairie de Levallois, Isabelle Balkany est aussi la reine des gaffeuses.
La dame a paniqué comme une débutante, en mars, en apprenant que la police s’apprêtait à débarquer dans son hôtel de ville pour enquêter sur un emploi fictif dont aurait bénéficié « le Mage » Jean Testanière (l’une des vedettes du procès du cercle de jeu Wagram). Séance tenante, l’élue a téléphoné à une de ses collaboratrices de la mairie pour lui demander de faire « disparaître » un ordinateur avant que les enquêteurs ne viennent picorer dans les placards municipaux.
Sitôt dit, sitôt fait. Mais Isabelle Balkany ne se doutait pas qu’elle avait été placée sur écoute par la brigade financière, qui n’a pas perdu une miette de la conversation. Les policiers se sont alors empressés de prendre entre quat’z’yeux l’interlocutrice de la dame, qui n’a pas tardé à craquer. Et leur avouer que l’ordinateur compromettant avait été planqué à la va-vite dans le coffre d’une voiture, où les enquêteurs l’ont retrouvé.
Furieuse, Isabelle Balkany a essayé de convaincre les policiers que l’appareil ne contenait que des informations sur sa vie privée qui ne concernait en rien leur enquête. Mais – allez savoir pourquoi – les policiers n’ont pas avalé ses salades et ont demandé à un expert d’analyser le disque dur. Aujourd’hui, ce petit travail est presque terminé, et les résultats devraient être communiqués prochainement au procureur de Paris et au juge Serge Tournaire, chargé du dossier.
Ces personnages sans scrupules n’ont aucun respect pour la vie privée…

NANTERRE: Jean Sarkozy attends the Hauts De Seine region general concil

Lire aussi :
Les ficelles en or du couple Balkany pour échapper à l’ISF
Les flics visitent le palace des Balkany à Giverny
La justice s’intéresse aux finances du couple Balkany
La guerre fumeuse de l’État français contre le trafic de cigarettes
Sommes-nous assez exigeants avec nos élus ?

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Justice, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.