Plus de la moitié de l’humanité vit en ville

France Info – 4 novebre 2013 – Anne-Laure Barral 
Sept milliards d’habitants : un véritable enjeu pour les villes
Chaque jour, 200.000 nouveaux habitants s’installent en ville. Energie, approvisionnement, transports, déchets : les enjeux sont énormes pour la ville de demain. Aujourd’hui, architectes et urbanistes anticipent les choses, les élus moins.
Le jeune architecte belge Vincent Callebaut a décidé de voir la crise écologique comme une opportunité pour inventer la ville de demain. Ce qui guide ses projets, c’est de rapprocher lieux de vie, lieux de travail, et champs cultivés (pour les besoins alimentaires).C’est le cas de Dragonfly : une ferme verticale installée en plein cœur de Manhattan. Un bâtiment en forme d’aile de libellule, avec d’un côté des logements et de l’autre des bureaux.
Il y a trois ans, il a également présenté un projet de ville flottante : Lilypad. Une cité en forme de nénuphar pour populations menacées par la montée du niveau de la mer. En utilisant le vent, le solaire, le mouvement marin, cette cité est autosuffisante en énergie nécessaire à la vie de 50.000 habitants.Ces projets mettent en lien la recherche fondamentale et l’architecture appliquée. Ils utilisent de nouvelles techniques pour faire de l’énergie avec des verres renfermant des algues vertes ou encore des tubes de solaire thermique dernier cri.
dossier_FI-c83f9
Le projet de ville flottante, Lilypad, de l’architecte Vincent Callebaut © Vincent Callebaut Architectures
Pour le sénateur du Loiret Jean-Pierre Sueur, auteur d’un rapport Villes du futur, futur des villes, les urbanistes ou les architectes n’ont pas peur de jouer avec la ville, la construction. Les élus plus. Ils manquent d’intérêt, selon lui, parce que le temps de la ville est plus long que le temps d’un mandat. Or ce sont les décisions d’aujourd’hui qui feront la ville de dans 30 ou 40 ans, lorsque nous serons plus de neuf milliards.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans International, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.