Paris : épinglé pour son HLM, l’élu UMP ne «comprend pas la polémique»

Le Parisien – Mehdi Pfeiffer – 06.11.2013
Malgré son engagement, Jean-Jacques Giannesini, chef de file de la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet dans le XIXe arrondissement de Paris, n'a toujours pas quitté le logement social qu'il occupe près de la Porte de Pantin, à Paris.
Malgré son engagement, Jean-Jacques Giannesini, chef de file de la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet dans le XIXe arrondissement de Paris, n’a toujours pas quitté le logement social qu’il occupe près de la Porte de Pantin, à Paris.
Le logement à Paris, une question épineuse, définitivement. Le conseiller de Paris UMP Jean-Jacques Giannesini a de nouveau été pointé du doigt ce mercredi pour son HLM. Le chef de file de la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet dans le 19e arrondissement réside en effet depuis 1990 dans un appartement situé porte de Pantin et géré par Paris-Habitat, comme l’a révélé Le Lab d’Europe 1.
Problème : en 2008 déjà, l’élu s’était engagé publiquement à le quitter en cas d’élection. «Aujourd’hui je gagne 6.500 € et je trouve normal de laisser ce logement», répétait-il dans les colonnes du Parisien en octobre 2009. Quatre après, Jean-Jacques Giannesini habite toujours dans son logement social bien en-deçà du prix du marché : un quatre pièces de 80 m² pour 1200 € par mois.

Mais pour Jean-Jacques Giannesini, joint mercredi soir par le Parisien, il n’y a rien d’illégal. «Ce logement, je ne l’ai pas volé ! Initialement il s’agissait d’un logement ILM (immeuble loyer moyen, NDLR) que j’ai obtenu il y a plus de 20 ans alors que j’étais au chômage. Sous la mandature de Bertrand Delanoë, c’est devenu HLM (habitat à loyer modéré, NDLR). Je ne comprends pas la polémique. Si demain je perd mes indemnités d’élu, je correspond toujours aux critères pour ce logement», affirme-t-il.

«J’ai cherché à déménager. J’ai visité plusieurs appartements mais j’ai fini par renoncer parce que je ne trouvais rien qui correspondait à mes revenus», explique également le conseiller de Paris.

Une demande de résiliation du bail envoyée mercredi

Un argument qui visiblement ne tient plus à l’approche des élections municipales. Mercredi, à la demande de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui exige pour figurer sur ses listes que chacun s’engage à ne pas être en situation de conflit d’intérêt, Jean-Jacques Giannesini assure qu’il a finalement honoré son engagement. «J’ai envoyé aujourd’hui une demande de résiliation de mon bail auprès de Paris-Habitat. J’occupe ce logement de plein droit, mais je ne veux pas nuire à Nathalie qui n’y est pour rien».

2005_Chimulus_LogementsUn geste en faveur de NKM que le tête de liste dans le XIXe semble toutefois avoir du mal à digérer. «Si on continue comme ça, seuls les gens qui auront de l’argent pourront faire de la politique. Je ne suis pas milliardaire, avec mes émoluments d’élu je paie moi-même mes tracts, mes affiches… Et on me reproche d’habiter un appartement au bord du périphérique, au premier étage à Porte de Pantin ?», s’interroge-t-il amer. Jean-Jacques Giannesini a désormais trois mois pour trouver un autre logement.
SUR LE MÊME SUJET :
Video. NKM enrage quand on lui parle de sa coiffure

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article a été publié dans Justice, Politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.