Les actionnaires ont voté à l’unanimité la cessation d’activité du Crédit Immobilier de France (CIF) : 1500 salariés sur le carreau

La Tribune – 06/11/2013 – Reuters
immobilier 1 La cessation d’activité du CIF va mettre 1 500 salariés sur le carreau.
Les actionnaires ont voté à l’unanimité la cessation d’activité du Crédit Immobilier de France (CIF) – établissement bancaire spécialisé, comme son nom l’indique, dans les crédits immobiliers, qui tire ses revenus d’obligations émises sur les marchés financiers -, selon le site Challenges.
1.500 salariés sur le carreau
Concrètement, cette annonce va mettre plus d’un millier de salariés sur le carreau. « C’est le plus gros plan social de l’année » avait prévenu le président, Yannick Borde, cité par le site économique. Sur 2.400 salariés, 700 continueront à gérer les crédits accordés par le CIF, au moins pendant quelques années. Sachant que la Banque Postale a promis de reprendre 300 salariés. Pour l’heure, l’établissement en aurait recruté une cinquantaine.
Pour rappel, l’agence financière de notation Moody’s avait placé le CIF sous surveillance négative. Mais celui-ci avait pu continuer à se financer grâce à la garantie de l’Etat. Un sursis que Bercy avait obtenu en échange d’une cessation d’activité.
Lire aussi : Qui a eu la peau du Crédit Immoblier de France ?
rouge-5-credit-immo924_previewCrédit immobilier de France: coup de théâtre des actionnaires, coup de blues pour les salariés (La Tribune | 24/01/2013, 23:02 – )
Coup de théâtre incroyable dans le dossier crédit immobilier de France (CIF): le nouveau patron de l’établissement en difficulté, Michel Bouvard, qui avait été nommé par l’Élysée pour remplacer Claude Sadoun, à la fin de l’année dernière, n’a pas obtenu l’aval des actionnaires réunis aujourd’hui en assemblée générale. Ceux-ci ont toutefois voté à une courte majorité l’apport de la garantie temporaire de l’État, demandant plusieurs précisions par la même occasion. Les 56 SACICAP (Sociétés Anonymes Coopératives d’Intérêt Collectif pour l’Accession à la Propriété) encore à la tête de l’établissement sous perfusion ont donc montré là leur mécontentement vis-à-vis de la solution défendue par le nouvel homme fort de l’entreprise. Celui-ci milite pour la création d’une nouvelle entité avec en soutien un établissement para-public. En l’occurrence, la Banque Postale. Mais celle-ci ne veut pas en entendre parler, préférant récupérer 300 salariés du CIF qui en compte… 2.500.
Quel avenir pour le CIF et ses 2.500 salariés ?Ce rejet rebat donc les cartes. Il va falloir maintenant trouver quelqu’un d’autre et recommencer à zéro. Et ce, alors que l’établissement doit faire face en mars à l’arrivée à échéance de nouveaux titres de dette. Une très mauvaise nouvelle pour les salariés de l’entreprise qui osaient espérer qu’une solution était en train de se dessiner. Le nouveau dirigeant aura-t-il les mêmes intentions que celles de Michel Bouvard? Va-t-on lui donner une autre feuille de route et avec quel calendrier? Beaucoup de questions ce soir pour aucune réponse. La mise en gestion extinctrice du groupe semble, en tout cas, prendre aujourd’hui le dessus…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.