Belgique : Le roi retraité Albert II juge sa dotation insuffisante

24 Heures Suisse – 07/11/2013 –
Pendant ses vingt années de règne, Albert II percevait une «liste civile» de 11,5 millions d’euros. Depuis son retrait, sa «dotation» annuelle est de 700’000 euros nets.
L’ancien roi des Belges Albert II juge insuffisante la «dotation» annuelle de quelque 923’000 euros qui lui est attribuée depuis son abdication en juillet et négocie discrètement pour que certains de ses frais soient pris en charge par l’Etat, a rapporté jeudi le journal Le Soir.
Pendant ses vingt années de règne, d’août 1993 à juillet 2013, Albert II percevait une «liste civile» de 11,5 millions d’euros. Mais depuis qu’il a passé la main à son fils Philippe le 21 juillet, il ne perçoit plus qu’une «dotation» annuelle de 923’000 euros bruts, soit quelque 700’000 euros nets, explique le quotidien.
«Mauvais moral»
Albert II bénéficie en outre d’une équipe de 10 collaborateurs, en plus du personnel de sécurité mis à sa disposition, mais il «se plaint amèrement de sa dotation», écrit la spécialiste de la monarchie belge du Soir.
«Il dit qu’il n’a pas été traité comme il l’espérait et que cela le met dans les difficultés», indique une source anonyme citée par le journal. Qui rappelle que l’ancienne reine des Pays-Bas, Béatrix, qui a elle aussi abdiqué, s’est vu octroyer une dotation de 1,4 million d’euros par an.
Certains «proches» de l’ancien roi, face au «mauvais moral du roi et à ses récriminations financières», tentent de «trouver des solutions pour augmenter indirectement ses revenus», ajoute le quotidien.
Ouverture politique
Parmi les pistes envisagées figurent le financement par l’Etat des dépenses d’entretien du château du Belvédère, à Bruxelles, la résidence de l’ex-chef de l’Etat. Ou encore la prise en charge par la Marine des frais de carburant de son luxueux yacht à moteurs, l’Alpa, d’une valeur estimée à 4,6 millions d’euros, qui est immatriculé comme bâtiment militaire.
Au-delà de ses proches, Albert II aurait lui-même approché le monde politique. «Le roi s’en est ouvert à quelques membres du gouvernement», dont le Premier ministre Elio Di Rupo et plusieurs vice-Premiers ministres, ont expliqué plusieurs sources au Soir.
Jusqu’à présent, les responsables politiques n’ont pas donné de réponse et «l’enthousiasme ne doit pas être grand», en cette période d’austérité budgétaire, affirme le journal. «Albert II est un homme qui a des mérites et qui a été roi pendant 20 ans. Il faut le traiter correctement», ajoute toutefois un observateur dans Le Soir.
Le Palais royal n’a pas souhaité commenter ces informations, qu’il n’a pas non plus démenties, souligne encore le journal.
Eh oui, le problème des petites retraites, on connaît ça …. courage Albert ! Tous ensemble !

Gremi-la-retraite

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans * Train de vie de l'Etat, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.