Allemagne : Christian Wulff, pour l’honneur…

Vingt jours d’audience, quarante-six témoins. A en croire le quotidien populaire allemand Bild, c’est « le procès le plus spectaculaire de l’année ».
alemondeWulff_BundespraesidentCe jeudi, Christian Wulff, 54 ans, ex-président de la République fédérale de 2010 à 2012, doit comparaître devant le tribunal de Hanovre (nord) pour trafic d’influence, une première pour un ancien chef d’Etat dans un pays très sourcilleux sur la probité de sa classe politique.
Celui qui fut à la tête du Land (Etat-région) de Basse-Saxe de 2003 à 2010 est accusé d’avoir bénéficié d’avantages indus, notamment de la part d’un ami producteur de cinéma, David Groenewold, qui lui aurait offert un séjour dans un hôtel bavarois et une visite à la très réputée fête de la bière, à Munich, en 2008. Coût total de cette « gracieuseté » supposée : un peu plus de 700 euros.
angela merkelChristian Wulff, qui fut l’une des étoiles montantes de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) – le parti de la chancelière Angela Merkel –, est-il « tombé » du fait de ses propres errements ou a-t-il été la victime expiatoire d’une chasse aux sorcières ?
La question reste en suspens, note Stern, tandis que la Süddeutsche Zeitung fustige une procédure « absurde », « embarrassante » et « honteuse ». Cette affaire, en tout cas, relance le débat sur les limites de l’amitié en politique et sur la frontière parfois ténue qui sépare celle-ci de la corruption, souligne Die Welt.
Soucieux de laver son honneur en public, alors qu’il aurait pu s’en tirer par un règlement financier, Christian Wulff aborde son procès avec une certaine fébrilité, poursuit le quotidien conservateur. Il cherche à obtenir un acquittement qui le réhabiliterait, du moins sur le plan juridique.
Mais les jeux ne sont pas faits, indique la NDR. Les juges estiment la probabilité d’une condamnation à 50 %. Autant dire que, pour l’ancien hôte du château de Bellevue, la partie va se jouer à quitte ou double…
Le Monde 14/11/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Justice, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.