Déforestation de l’Amazonie – Les derniers chiffres relancent la polémique sur le nouveau code forestier, appliqué depuis 2012 : 28 % du déboisement par rapport à l’année précédente.

LE MONDE | 16.11.2013 | Par Nicolas Bourcier (Rio de Janeiro, correspondant régional)
Au Brésil, la déforestation de l’Amazonie repart, après des années de ralentissement

alemonde_bois-extrait-illegalement-de-la-foret_22fedd8e3f4765dcd7a35838d9d50bc5

.. Bois extrait illégalement de la forêt amazonienne, dans une scierie de l’Etat du Pará. | ACHO DOCE/REUTERS
Scientifiques et défenseurs de l’environnement avaient tiré la sonnette d’alarme depuis des mois. Les chiffres rendus publics par le gouvernement brésilien, jeudi 14 novembre, avec deux semaines d’avance, leur donnent raison, puisqu’ils montrent une réelle inversion de tendance : sur douze mois allant d’août 2012 à juillet, la déforestation de l’Amazonie brésilienne, après quatre années de baisse consécutives, s’est accélérée.

adeforestation

Les données satellitaires de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) révèlent que près de 5 843 km² ont été déboisés sur un an, soit l’équivalent du département de la Corrèze. Cela représente une hausse de 28 % du déboisement par rapport à l’année précédente, au cours de laquelle avait été enregistrée la plus faible déforestation de l’histoire récente.

adeforestation-contribue-au_cfba2b68d86754d9f096336d494927d0

« Ce n’est pas la seule mauvaise nouvelle », a affirmé la ministre de l’environnement, Izabella Teixeira. En effet, selon les relevés de l’INPE, les Etats du Roraima (nord), du Maranhão (nord-est) et surtout du Mato Grosso (centre-ouest) et du Pará (nord), ces terres de grands producteurs de soja et éleveurs de bovins ont connu les plus forts pics de déforestation, avec des hausses allant de 37 % à 52 % pour le Mato Grosso. Le Pará décroche la palme de la plus grande surface déboisée, avec 2 379 km².
« CLIMAT DE VICTOIRE DANS L’AIR »
Ce rebond coïncide avec l’entrée en vigueur du nouveau code forestier, promulgué en mai 2012 par la présidente, Dilma Rousseff. Le puissant lobby des représentants du secteur agricole au Parlement, les ruralistas, avait alors pesé de tout son poids pour assouplir le code forestier d’origine, adopté en 1965, considéré comme l’un des plus rigoureux au monde.
La réforme, vivement critiquée par les écologistes pour son manque de précision et ses failles juridiques, dispense les petites exploitations agricoles de reboiser les surfaces détruites jusqu’en 2008. Elle réduit également la protection des berges et du sommet des collines. Officiellement, pourtant, chaque exploitant doit préserver 80 % de la forêt sur ses terres.
« Il y a eu un accord avec les ruralistas et nous nous sommes réveillés avec une déforestation accrue, souligne Marcio Astrini, coordinateur de la campagne amazonienne chez Greenpeace. Sur les exploitations, il y avait un climat de victoire dans l’air. Il s’est depuis répandu un peu partout. »

Imprimer

« AFFIRMATIONS IRRESPONSABLES »
Après dix années au cours desquelles la déforestation de l’Amazonie a été réduite de près de 80 %, cette hausse soudaine résulte de la conjonction de plusieurs facteurs, selon les experts. « Aux modifications du code forestier s’ajoutent une réduction des zones protégées et davantage de gros chantiers d’infrastructures, estime le spécialiste de l’environnement Paulo Barreto, de l’Institut Imazon. Les deux premières mesures ont entraîné un sentiment d’impunité. Pour éviter que cela continue, le gouvernement devra être beaucoup plus sévère. »

adeforestation_fao01

Pour l’ancienne ministre de l’environnement Marina Silva, aujourd’hui membre du Parti socialiste brésilien du candidat à l’élection présidentielle Eduardo Campos, ces résultats reflètent « une complicité » entre Brasilia et ceux qui défrichent illégalement les terres.
Izabella Teixeira, qui avait poussé, en 2012, la présidente Roussef à mettre son veto sur différents points litigieux de la réforme du code forestier, s’est refusé à associer l’entrée en vigueur de cette nouvelle loi à la reprise de la déforestation. « Ces affirmations sont irresponsables », a-t-elle lâché, rappelant que le texte comportait de nouveaux instruments juridiques de contrôle des terres.
RÉUNION D’URGENCE FIN NOVEMBRE

adéforestation_des-champs-de-soja-dans-le-mato-grosse-au_324ff4102c45ddefe9b1d0e410cf75d6

La ministre de l’environnement a attribué cette augmentation à d’autres facteurs, critiquant vivement le laxisme – voire la complicité – de certains Etats. « Il y a le crime organisé, et des personnes qui couvrent ses activités. Comment un gouvernement peut-il ne pas voir les activités de déforestation sur des espaces de 1 000 hectares ? », s’est-elle interrogée.
Prenant l’exemple du Pará, Izabella Teixeira a pointé l’existence de près de 3 000 chercheurs d’or et de diamants illégaux, les garimpeiros, et la modification du tracé d’une frontière délimitant des territoires indigènes, dans l’ouest de l’Etat.
En revanche, elle s’est refusée à lier ce regain du déboisement à la construction en cours des gigantesques usines hydroélectriques controversées de Belo Monte et Tapajos. Et ce, alors qu’un rapport récent, rappelle le quotidien Estado de Sao Paulo, plaçait les régions où se trouvent ces chantiers parmi les principales cibles de la déforestation.
La ministre de l’environnement a précisé que, malgré cette hausse, l’objectif du gouvernement de passer sous la barre des 4 000 km² déforestés par an, fixé lors de la conférence sur le climat de Copenhague, en 2009, n’était pas remis en cause. Une réunion d’urgence avec les secrétaires à l’environnement des Etats amazoniens est prévue pour fin novembre, à son retour de la conférence sur le changement climatique de Varsovie.
Nicolas Bourcier (Rio de Janeiro, correspondant régional) Journaliste au Monde

adeforestation4

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, International, Nature, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.