Médicaments non remboursés par la Sécu : les bons comptes des apothicaires

Siné Mensuel – novembre 2013 – Kate Entriger
Au royaume des médicaments non remboursés par la Sécu, les pharmaciens sont rois. Dans les pharmacies comme dans n’importe quel magasin, mieux vaut comparer les prix avant de se faire arnaquer.
100_5834« Les pharmaciens font ce qu’ils veulent. » Voici ce que répond une aimable pharmacienne du XIXème arrondissement de Paris, quand on lui demande pourquoi c’est plus cher dans l’officine d’à côté. Car, dès qu’il s’agit de médicaments non remboursés par la Sécurité sociale, les prix oscillent allègrement du simple au quadruple*. Une petite toux ? C’est 5,50€ la bouteille de sirop de la marque Stodal ou 7,90€ deux rues plus loin, toujours dans le XIXème. Les génériques ne dérogent pas à la règle. Une boîte de comprimés d’Ibuprofène Biogaran varie de 1,90€ à 2,90€.
Pharmalobby_Gold-dollars1-540be
Un séjour prévu dans un pays touché par le paludisme ? Alors là, il faut être prêt à faire chauffer sa carte Bleue. Si votre généraliste vous prescrit de la Savarine, vous débourserez en moyenne une vingtaine d’euros. mais on en trouve dans le VIème arrondissement de Paris à 46,95€ la boîte. une belle marge quand on sait que le prix fabricant hors taxes est de 11,77€ Sinon, il y a la Malarone, vendue en moyenne à 49,95€ pour une cure de 12 jours, alors que le prix de fabrication est à 28,07€. La vache ! Une pharmacienne, dans une petite boutique perpendiculaire au boulevard Saint-Germain, et à la vue de ma dégaine d’étudiante fauchée, a d’ailleurs refusé de me donner le prix, expliquant que c’était trop cher et qu’il valait mieux que je m’adresse ailleurs. Sympa ! Ailleurs, dans le XIXème, la mine est hésitante face aux 150€ a débourser pour un séjour d’un mois dans une zone à risque. Alors le pharmacien propose gentiment une ristourne : « On peut s’arranger. » En clair, s’ils le veulent, les pharmaciens peuvent proposer des rabais. mais ça n’a marché qu’une seule fois sur la quinzaine de pharmacies démarchées.
Si ces écarts de prix ne sont pas prêts de changer, les choses vont peut-être s’améliorer pour les consommateurs et leurs portefeuilles. Depuis juillet 2013, les officines peuvent aussi vendre leurs produits sur Internet Cela permet donc de trouver de meilleurs prix grâce aux comparateurs en ligne Ainsi en tapant « Malarone » sur www.prixmedicament.com on apprend que son prix fluctue de 25 à 60,85€. Le site propose également une liste de pharmacies en ligne sur lesquelles on peut trouver le médicament à 31,90€. Attention cependant aux sites illégaux qui vendent des contrefaçons** notamment de Viagra, un des médicaments les plus copiés et les plus vendus. Ce serait dommage de finir la queue entre les jambes.
* Enquête de l’association CLCV sur www.clcv.org/rubriques/nos-enquetes.html :  Médicaments non remboursables en pharmacie : de grands écarts de prix
** Voir www.sante.gouv.fr/sites-autorises-pour-la-vente-de-medicaments-sur-internet,13563.html

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Santé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.