Suisse : un coffre-fort qui gonfle démesurément

 Le Canard Enchaîné – 20 octobre 2013 –
De l’aveu même des autorités  bancaires Suisses, les avoirs étrangers déposés dans les établissements helvètes ont augmenté de plus de 15% ces quatre dernières années.
Comment un tel miracle a-t-il pu se produire, alors que les USA et les pays européens, France et Allemagne en tête, ont multiplié les législations et les enquêtes pour dissuader leurs citoyens d’y planquer leurs sous ? Tout simplement parce que les banquiers suisses ont su draguer une nouvelle clientèle : celle des pays du Sud, qui, eux, n’ont jamais  signé de convention fiscale avec berne. Il suffit d’ailleurs de traîner devant les palaces à Genève pour s’en convaincre : les berlines immatriculées en Afrique ou dans les émirats du golfe persique s’y comptent par dizaines. Quand aux restaurants de luxe de la ville, ils ne sont pas beaucoup plus fréquentés par des Français ou des Allemands, mais beaucoup plus par des Africains ou des Algériens.
Sans doute pour profiter de la neige qu’ils n’ont pas chez eux.
86174601_p…entendu dans les pâturages des montagnes suisses
Si l’on continue ainsi, nous aurons bientôt le pire système fiscal d’Europe, pire que celui de la France ! Ce cri d’horreur a été poussé  dans « Le Matin » de Lausanne (20/10) par Xavier Oberson, un avocat genevois, spécialiste  du droit fiscal. Une réaction révélatrice du climat qui règne depuis des mois sur les rives du lac Léman.
Condamnées à céder aux coups de boutoir de l’administration américaine, qui les a obligés à révéler les noms de leurs clients français et même l’identité de leurs salariés (« Le Canard », 20/2 et 26/6), les  banques helvètes ne savent plus vraiment où elles vont. Vice-président de Genève Place financière et patron de la banque privée qui porte son nom, Nicolas Pictet multiplie les déclarations à la presse Suisse pour dénoncer la volonté affichée du gouvernement fédéral de taxer davantage les profits des banques et de renoncer  au secret bancaire.
1117-CHAPPATTEEt Nicolas Pictet d’insister : si les élus suisses ratifient l’échange automatique des données bancaires avec les pays européens, comme ils finissent de le faire avec les américains, les banquiers genevois sont prêts à transférer leur siège au Luxembourg ou à Londres. Mais plus au Liechtenstein, qui assure vouloir, lui aussi, mettre fin à son statut de paradis fiscal ! Tout fout le camp…

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Economie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.