Suisse : haro sur la limitation des hauts salaires

asuisse combat
Au sein de la Confédération helvétique, les dirigeants les plus fortunés peuvent pousser un soupir de soulagement. Du moins pour l’instant.
 Dimanche, 65,3 % des Suisses ont voté contre l’initiative populaire « 1:12 » lancée par les Jeunes socialistes et réclamant qu’au sein d’une même entreprise le salaire le plus élevé ne puisse pas dépasser douze fois la rémunération la plus faible.

asuisse vote

Huit mois après avoir approuvé, dans des proportions à peu près identiques (67 %), un texte supprimant les parachutes dorés des grands patrons, le corps électoral s’est montré, cette fois, « plus sensible aux arguments du Conseil fédéral, des patrons et de la droite », tous farouchement opposés au projet, rapporte la RTS.
 Faut-il y voir un changement radical de posture de la part du peuple suisse ? La BBC et le New York Times pensent plutôt que le caractère trop « radical » du texte a échaudé les citoyens, certes inquiets de certaines dérives du capitalisme moderne mais malgré tout très attachés à l’économie de marché.
 Rassurant pour l’économie en matière d’attractivité et de fiabilité, note Le Temps, ce « non » a suscité le désappointement de la gauche. Laquelle a promis de ne pas mettre au rebut la question des salaires excessifs – également sensible ailleurs en Europe et de revenir à la charge… dans quatre ou cinq ans.
Dans l’attente de la prochaine grande joute idéologique, sur le salaire minimum l’an prochain, Le Temps se félicite de la « victoire de la raison », à savoir « le rejet d’un contrôle étatique illusoire et incompatible avec l’esprit d’un Etat libéral ». Et le Wall Street Journal de saluer, en écho, la « sagesse » des Suisses face à un « mirage égalitariste ».
Le Monde 26/11/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.