Intermarché touche les fonds

Le Canard Enchaîné du 4 décembre 2013 – Confit de canard
pecheintermarcheAvez-vous déjà entendu parler de l' »Association européenne de promotion de la pêche durable et responsable » ? Ne vous y trompez pas, Blue Fish, de son petit nom, n’est pas vraiment un repaire d’écolos. C’est le bras armé des groupes de pêche industrielle pour mener des actions de lobbying à Bruxelles. Depuis un an et demi, les gros armateurs ferraillent contre un projet de la Commission européenne : interdire le chalutage en eau profonde.
Cette technique consiste à racler les fonds marins jusqu’à 1,5 kilomètres de profondeur, avec des filets de 150 mètres de largeur lestés par des plaques métalliques de plusieurs tonnes Ce qui permet de remonter 60 tonnes de poisson en 20 minutes, dont plus de 10 tonnes de bestioles invendables ou appartenant à des espèces protégées. D’énormes filets lestés de lourds poids et équipés de roues métalliques raclent les fonds marins, ramassent (et cassent) tout sur leur passage, des poissons jusqu’aux coraux centenaires.
243chalutPerche2
Beaucoup d’espèces sont remontées pour rien et rejetées à la mer, souvent déjà mortes, y compris des espèces en voie de disparition. Ces pertes « collatérales » (bycatch) peuvent représenter, pour certaines pêcheries, jusqu’à 80 ou même 90 % de la prise des chaluts de fond. De plus, de larges surfaces au fond des océans, qui constituent des habitats marins (les espèces y trouvent nourriture et protection) sont écrasées et détruites. Les plus grands chaluts ont une “gueule” aussi grande qu’un terrain de rugby et laissent des cicatrices marines sur plus de 4 km de long. Les destructions infligées à l’écosystème peuvent être permanentes. Un autre problème du chalut de fond est qu’il remet en suspension des sédiments (parfois toxiques) entretenant une turbidité défavorable à la vie. Il élimine les caractéristiques naturelles du milieu qui normalement permettent aux animaux de la mer de vivre, de se reposer, de se cacher.
Bref, un pêche tout en douceur, dont la France est la championne européenne.
Surtout, d’ailleurs grâce à Intermarché ! En effet, la plus grosse flotte, six chalutiers de grands fonds affichant jusqu’à 46 mètres de longueur, est armée par le Groupement des Mousquetaires, à qui appartient Intermarché, et dont la compagnie la Scapêche, prélève 85% des poissons d’eau profonde que l’on nous sert sur les étals… Les arguments de ces joyeux lobbyistes ont fait mouche auprès de notre ministre à la Pêche, Frédéric Cuvillier, qui s’est tellement démené à Bruxelles. La France a été le seul pays (avec l’Espagne) à voter, en juin 2012, contre le projet de règlement de la Commission européenne visant à interdire le chalutage des grands fonds. La balle est désormais dans les filets du Parlement européen, avec un vote prévu le 20 décembre.

JDE_1110273618.jpg

Détail croquignolet : pour tracter les énormes filets, il faut de gros moteurs gourmands en gasoil. Comptez environ 3 litres par kilo de poisson capturés, soit cinq fois plus qu’une pêche normale L’opération étant très dispendieuse, elle est très subventionnée !  En dix ans la compagnie de pêche des Mousquetaires a avalé près de 10 millions d’euros de subventions Autre détail : dans son projet, la Commission européenne propose de reconvertir les bateaux en palangriers pour une pêche industrielle à la ligne, qui nécessite six fois plus de marins. Encore mieux que les emplois aidés pour inverser la courbe du chômage !

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Consumérisme, Ecologie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.