Convergence de vues entre Riyad et Paris : La Syrie au cœur des échanges

Le Monde 30/12/2013
Le roi Abdallah d’Arabie saoudite et le président François Hollande ont souligné hier, près de Riyad, leur convergence de vues sur les crises qui secouent le Moyen-Orient, du Liban à la Syrie en passant par l’Iran, affichant une même fermeté.
Après l’attentat à la voiture piégée qui a coûté la vie vendredi à Beyrouth à Mohammad Chatah, proche conseiller de l’ex-premier ministre Saad Hariri, hostile au régime syrien et à son allié, le Hezbollah, le Liban était au cœur des entretiens de M. Hollande avec le dirigeant saoudien.
 François Hollande s’est engagé à « satisfaire » les demandes d’armement de l’armée libanaise pour soutenir le président Michel Sleimane. Selon ce dernier, Riyad s’est engagé à octroyer 3 milliards de dollars à l’armée libanaise afin que celle-ci, faiblement équipée, puisse se procurer des armes françaises.

aarabie_hollande_640x280

Sur la Syrie, Français et Saoudiens « partagent exactement la même position », s’est félicité M. Hollande, qui a loué la « sagesse précieuse » du roi Abdallah, à savoir « chercher une solution politique, soutenir l’opposition modérée et favoriser la transition » qui « ne doit pas aboutir à une prolongation » du régime de Bachar Al-Assad.
La « même volonté » a été exprimée aussi de part et d’autre, selon lui, de « trouver une solution définitive » au programme nucléaire iranien soupçonné de dissimuler des fins militaires.
Seul bémol : l’Egypte. Alors que Riyad apporte un soutien inconditionnel au nouveau pouvoir, François Hollande a appelé une nouvelle fois Le Caire à permettre « à l’ensemble des courants politiques rejetant la violence » de « participer au processus de transition ». Ce processus doit aboutir « à brève échéance » à la tenue d’élections, a-t-il insisté dimanche soir.

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.