Présidence de l’Union européenne : la Grèce prend la présidence tournante

agrece-europe-drapeaux

Présidence de l’UE : la fin de la tragédie grecque ?

L’heure de la rédemption a-t-elle enfin sonné pour Athènes ? A partir du 1er janvier, et jusqu’à la fin du mois de juin, la Grèce prend la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne, en remplacement de la Lituanie.
Ce n’est certes pas la première fois que cette charge symbolique lui échoit – elle l’a déjà exercée à quatre reprises depuis 1981, avec des fortunes diverses –, mais, cette fois, le contexte est sensiblement différent.
Encalminée dans une douloureuse crise économique et instable politiquement, comme le rappelle Hürriyet, le pays voit se dresser devant lui un immense mur de défis. Conséquence de la récession qui grève le budget national, la Grèce, toujours en pourparlers avec la « troïka » (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) pour sortir mutatis mutandis de sept années de récession, a promis une présidence « spartiate mais efficace », rapporte la Famagusta Gazette.
 Son projet s’articule autour de quatre piliers majeurs : la promotion de la croissance, de l’emploi et de la cohésion sociale ; l’approfondissement de l’Union économique et monétaire (UEM) ; la lutte contre l’immigration clandestine et, enfin, le développement des politiques maritimes de l’UE.
 En creux, expliquent la Deutsche Welle et Le Temps, l’objectif d’Athènes est surtout de redorer son blason auprès des décideurs économiques et financiers européens. Mais pour certains, il est vain d’attendre du « dernier de la classe » des résultats mirifiques.
 Tandis qu’elle s’apprête à entrer sous les feux des projecteurs, la Grèce « n’a pas droit à l’échec », estime La Libre Belgique. Saisira-t-elle cette chance inespérée ? Réponse dans six mois.
Le Monde 30/12/2013

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.