Hautes-Alpes: projet de zone blanche pour personnes électrosensibles

Le Parisien – oct. 2013 – AFP
Une petite commune des Hautes-Alpes, soutenue par la députée européenne EELV Michèle Rivasi, a annoncé mercredi son souhait de créer la première zone blanche de France, afin d’accueillir des personnes se disant hypersensibles aux ondes électromagnétiques / John Thys
3272209_1953013a062bab660812d01d6bfe4b69995c8a6c_545x341
Une petite commune des Hautes-Alpes, soutenue par la députée européenne EELV Michèle Rivasi, a annoncé mercredi son souhait de créer la première zone blanche de France, afin d’accueillir des personnes se disant hypersensibles aux ondes électromagnétiques.
Installé à Saint-Julien-en-Beauchêne, la zone à « très faible rayonnement électromagnétique », selon une étude de la Commission de recherche et d?information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (CRIIREM), pourrait accueillir une trentaine de personnes pour une durée limitée.
34997-44450-imageInstallé au pied d’une montagne et entouré de champs, ce centre ferait l’objet d’un suivi médical et permettrait à « des personnes exclues, victimes de discriminations de se ressourcer », a expliqué la députée européenne Michèle Rivasi, alors que la possible hypersensibilité de personnes aux champs électromagnétiques fait débat.
Le 15 octobre, l’agence nationale sanitaire (Anses) a en effet estimé que le risque d’exposition aux ondes électromagnétiques pouvait provoquer des modifications biologiques sur le corps, mais que les données scientifiques disponibles ne montraient pas « d’effet avéré » sur la santé.
Au stade du projet, le site qui nécessite des aménagements notamment l’enfouissement d’une ligne électrique et d’un transformateur, ainsi que l’installation d’un chauffage au gaz pour les personnes intolérantes aux émissions d’ondes électriques, pourrait voir le jour dans deux ou trois ans, a évoqué l’eurodéputée.
« Ce projet pourra voir le jour que si l?État nous soutient, or il fait tout pour que les zones blanches n’existent pas car ce serait alors reconnaître qu’il existe un problème avec ces ondes », a réagi Philippe Tribaudeau, président de l’association Une terre pour les EHS qui compte quelque 160 adhérents.
« Il faudra arracher la zone blanche à l?État. Le temps politique prend plusieurs années, mais nous c’est tous les jours que nous avons des appels de personnes hypersensibles », a ajouté le militant qui explique ressentir des « sensations de brûlures à la tête ».
Un test en présence de personnes dites électro-hypersensensibles devrait avoir lieu en fin d’année afin de valider le projet. En 2011, deux femmes avaient trouvé refuge dans une grotte de la commune afin « d’échapper » aux ondes.
Les électrosensibles à la recherche d’une terre vierge de toute onde
Rassemblement de personnes EHS à Boulc. Rassemblement de personnes EHS à Boulc. | Audrey Garric/Le Monde
Boulc (Drôme), envoyée spéciale Il faut d’abord parvenir au site du rendez-vous, encaissé dans une vallée aussi belle que sauvage, nichée aux portes du Vercors, à une dizaine de kilomètres de Boulc (Drôme), 128 âmes. Ensuite, laisser son téléphone portable dans la voiture, éteint et la batterie ôtée. Les clefs du véhicule sont déposées dans un seau en fer. On a aussi été prévenue qu’il était préférable de ne pas se parfumer deux jours avant et de laver ses habits avec des lessives faiblement chimiques.
Sur un champ entouré de pins, près d’une ferme semi-enterrée, une cinquantaine d’hommes et de femmes se parlent, assis en cercle. Tous sont électrohypersensibles (EHS), c’est-à-dire qu’ils souffrent de diverses pathologies (maux de tête, réactions cutanées, insomnies, tachycardie, etc.) qu’ils attribuent aux champs électromagnétiques émis par les technologies modernes : portables, réseaux Wi-Fi, antennes-relais, etc. Si ces malades des ondes sont venus de la France entière à ce rassemblement organisé par l’association Une terre pour les EHS, du 26 au 28 août, c’est pour parler de leurs symptômes, trouver du réconfort, mais surtout voir leur maladie reconnue.
3 % DE LA POPULATION SELON LES ASSOCIATIONS
« Aujourd’hui, les réseaux de téléphonie mobile, de Wi-Fi ou Wimax couvrent l’ensemble du territoire : il n’y a plus d’endroit dans lequel nous pouvons nous réfugier pour nous sentir bien », déplore Philippe Tribaudeau, président de l’association basée sur le site drômois, et lui-même « électro », comme il dit. Son collectif, à l’instar d’une quinzaine d’autres en France, demande la mise en place « urgente » de zones blanches, vierges d’ondes, une mesure recommandée par le Conseil de l’Europe en 2011.

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Ecologie, Médias, Santé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.