Vienne – Eau de pluie : utiliser l’eau de récupération pour ses besoins domestiques n’est pas anodin. Les risques de contamination pour le réseau d’eau ?

La nouvelle République 07/01/2014 De notre rédaction de Poitiers
Récupérer l’eau de pluie : est-ce une si bonne idée ?
Face à la mode de l’utilisation des eaux de récupération ou des eaux de puits l’Agence régionale de santé met en garde : il ne faut pas faire n’importe quoi.

La récupération d?eau de pluie dans son ancienne citerne : Cécile Bitaudeau, a des solutions à proposer à notre lecteur pour que cette manne ne serve pas seulement à l?arrosage du jardin.

Récupérer les eaux de pluie : une démarche dans le vent mais pas sans risque.
A force de le seriner sur tous les tons, l’air a fini par entrer dans la tête de nos contemporains : l’eau est un bien précieux qu’il faut économiser. Les plus convaincus, de plus en plus nombreux, n’hésitent pas à mettre en place d’ingénieux systèmes de récupération des eaux de pluie, à faire creuser des puits ou à en remettre en usage.
Même si ces procédés alternatifs aux réseaux publics d’eau potable ne font généralement guère réaliser d’économies, ils ont le mérite d’être écologiques : on peut en effet trouver légitimement stupide d’utiliser de l’eau qui a été patiemment traitée (ce qui coûte cher) pour arroser ses salades, laver sa voiture ou évacuer ses gros et petits besoins.
Attention à la contamination
Tant que les eaux ainsi récupérées servent à l’extérieur de l’habitation, il n’y a pratiquement pas de problème. Les difficultés commencent quand on fait des branchements vers la maison elle-même. L’Agence régionale de santé (ARS), qui constate les progrès de ces nouveaux comportements, a décidé de tirer la sonnette d’alarme en s’adressant aux particuliers mais aussi aux professionnels, aux collectivités, aux distributeurs d’eau…
Dans la Vienne, une plaquette complète vient d’être éditée à 16.000 exemplaires, accompagnée de 118.000 dépliants. Le message est clair : utiliser l’eau de récupération ou l’eau souterraine pour ses besoins domestiques n’est pas anodin. « Selon la loi, rappelle Paul Lechuga, directeur de l’ARS Poitou-Charentes, les réseaux domestiques et publics ne doivent jamais être connectés. » C’est loin d’être toujours le cas.
 En cas de dépressurisation du réseau public (en cas de travaux ou après un incendie, par exemple), les eaux de récupération, qui ont ruisselé sur des toits enduits de fientes et autres crasses, risquent de remonter dans le réseau et de le contaminer.
D’où la nécessité de faire réaliser les travaux par un professionnel dûment informé et d’en faire la déclaration, conformément à la loi.
Vincent Buche

Eau de pluie

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Nature, Santé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.