Handicapés – Faute de places, des handicapés mentaux sont accueillis dans des structures wallonnes : délocalisation du handicap en expansion.

  Edito – La dignité due aux handicapés mentaux
C’est un de ces secrets honteux que l’on garde pudiquement par-devers soi : il n’y a pas assez de place, en France, pour les handicapés mentaux nécessitant une prise en charge permanente en dehors du foyer familial. La Belgique offre, depuis cinq décennies, une solution de secours aux familles françaises en détresse, avec des institutions spécialisées prêtes à accueillir ces personnes, soutenues par un financement public français.
Comme le montre l’enquête que nous publions aujourd’hui, cette délocalisation du handicap est en expansion. Le gouvernement français évalue à 6 500 environ le nombre de handicapés mentaux actuellement accueillis dans des établissements belges. Une partie de ces expatriations est le fait de familles de jeunes autistes, qui préfèrent le mode de traitement pionnier proposé en Belgique à celui pratiqué en France. Mais la majorité des personnes placées en Belgique le sont parce qu’elles n’ont pas pu trouver d’accueil en France.
Cette situation choquante pose deux problèmes. L’éloignement géographique, d’abord ; pour les familles qui ne vivent pas à proximité de la Belgique, il ajoute des difficultés sociales aux difficultés du handicap lui-même. La question, ensuite, de la supervision de la qualité des établissements concernés, dont seulement une minorité relèvent du secteur public conventionné belge.
Sur les 6 500 personnes accueillies en Belgique, 5 000 sont placées dans des institutions gérées par des associations à but lucratif, dont certaines sont devenues des  » boîtes à Français «  et qui ne respectent pas tous les critères de confort et de sécurité imposés par la réglementation française.
Les autorités françaises sont conscientes du problème. Nicolas Sarkozy avait lancé un plan prévoyant, sur la période 2008-2016, la prise en charge de 40 000 handicapés mentaux ; la mise en œuvre de ce plan se poursuit, mais on sait déjà qu’il sera insuffisant. Paris a négocié avec Bruxelles, qui était demandeur, un accord-cadre permettant aux autorités françaises de contrôler les établissements privés belges dans lesquels sont placés les handicapés français. Ces contrôles, espère-t-on, vont amener progressivement les institutions privées belges à adopter les normes françaises.
Par ailleurs, les familles sortent du silence et commencent à se tourner vers la justice administrative pour contraindre l’Etat à trouver une prise en charge en France pour leur enfant. Deux d’entre elles ont récemment obtenu gain de cause.
Tout cela va dans le bon sens, mais ne résout pas le problème de fond : celui du manque de moyens pour le soutien aux handicapés mentaux en France. Les gouvernements successifs n’ont pas anticipé l’impact de l’allongement de l’espérance de vie des personnes handicapées. L’exigence d’une qualité d’accueil optimale a, paradoxalement, renchéri et ralenti le processus de création d’établissements.
Mais, surtout, hormis sous la présidence de Jacques Chirac, le traitement du handicap n’a jamais été considéré comme une priorité budgétaire. L’absence même de chiffres officiels sur le nombre de handicapés mentaux en France est révélatrice. Il est temps de considérer ces personnes comme des citoyens à part entière, de protéger pleinement leur dignité, d’exiger pour elles le droit de vivre près de leur famille.
LIRE PAGE 6 Edition du 04/01/214 © Le Monde
 REPORTAGE –  L’exil forcé de handicapés français en Belgique
Envoyée spéciale Pommerœul (Belgique)
Faute de places, 6 500 handicapés mentaux sont accueillis dans des structures wallonnes soumises à peu de normes
A l’heure exacte, ritualisée, du goûter, les pensionnaires du foyer Arpèges, en Belgique, prennent en silence, quoique côte à côte, leur café sous la véranda, la plus vaste pièce de ce pavillon reconverti en foyer pour 21 handicapés mentaux français. Ils disposent d’une vue, par-delà le parking, sur une longue parcelle herbeuse, se partagent, à deux ou trois par chambre, sur trois étages, trois petites salles de bains, un salon empli de canapés tournés face à l’écran plat, et une minuscule salle d’activités.
A une demi-heure de voiture de Lille, Arpèges, institution privée créée il y a un an par un kinésithérapeute belge, a fait le plein en un tournemain. Elle n’est pas soumise aux normes françaises, qui imposent chambres et salles de bains individuelles, par exemple. Mais les délégués de l’association tutélaire Atinord, venus de France y visiter deux majeurs protégés, apprécient la  » volonté de bien faire «  de la direction.  » Il y a un souci du résident, des projets de vie personnalisés, une bonne équipe d’éducateurs, un suivi médical sérieux, les locaux sont refaits à neuf, les activités variées. «  Y compris en extérieur, avec, au choix, piscine, bowling, médiathèque ou équithérapie.
« Le haut du panier « , conclut, en quittant les lieux, Alain Jacqmart, responsable Belgique d’Atinord, qui voit presque chaque mois sortir de terre un nouveau  » home  » wallon pour handicapés mentaux français. Selon les autorités sanitaires belges, près de 140 ont ouvert depuis 2000. Côté français, depuis 2005, trois rapports ont pointé l’ampleur du phénomène, en croissance depuis trente ans, dénonçant par là même le déficit d’accueil en France. Et évaluant à quelque 6 500 les handicapés mentaux français de tous âges hébergés en Belgique.
 » Notre République préfère les exporter, cela coûte moins cher, et en Belgique, ils ne gâchent pas le paysage, s’emporte Christel Prado, présidente de l’Unapei, fédération d’associations de défense des handicapés mentaux. C’est indigne ! C’est une violence institutionnelle d’imposer cela aux familles. La personne handicapée doit grandir et vivre dans sa communauté, au plus près des siens. « 
Un plan lancé en 2008 par Nicolas Sarkozy devait permettre la création de 40 000 places d’ici à 2016. Son déroulé est respecté, assure la ministre déléguée aux personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti (avec 24 000 places sorties de terre, 16 000 financées et programmées, 3 400 places destinées aux autistes). Elle admet néanmoins, sans pouvoir le chiffrer précisément, que  » ce sera largement insuffisant « . On sera  » loin du compte «  aussi pour l’Unapei, venue récemment en soutien de trois familles qui, faute de place adaptée pour leurs enfants, ont attaqué l’Etat en justice – obtenant, pour deux d’entre elles, gain de cause.
En attendant que la demande française dégonfle, un premier accord-cadre franco-belge devrait permettre un meilleur contrôle : signé fin 2011 entre gouvernement français et région wallonne, il a été entériné, côté français, le 14 novembre 2013, et son suivi a été confié à l’agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais. Les handicapés français présents outre-Quiévrain seront pour la première fois précisément recensés. Les conventions de financement passées entre conseils généraux et structures d’accueil seront homogénéisées. Des inspections communes seront menées avec la Belgique, qui conduiront au rapprochement des normes et bonnes pratiques françaises et belges, espère Mme Carlotti.
Car tous ces foyers n’offrent pas la qualité minimale de service d’Arpèges. A plusieurs reprises, Atinord a alerté l’ARS du Nord et l’Agence wallonne pour l’intégration des personnes handicapées (Awiph) sur les dysfonctionnements de ces  » usines à Français « , comme les nomment les Belges, qui démarchent conseils généraux et hôpitaux psychiatriques jusque dans le sud de la France. En rendant visite aux handicapés dont ils assument la protection juridique, les délégués d’Atinord pénètrent dans tous ces établissements, sans se contenter des parloirs où restent parfois cantonnées les familles.
Résultat ? Si  » des structures sont très intéressantes « , insiste M. Jacqmart, d’autres offrent  » des conditions d’hygiène et de sécurité ainsi qu’une prise en charge à mille lieues des exigences françaises « . Ce que confirme Simon Baude, directeur des contrôles à l’Awiph, qui évoque des  » situations très limites « .
Gestionnaires et personnel peu formés et peu scrupuleux, avec l’argent pour objectif premier ( » des gens du secteur de la construction qui se découvrent une vocation subite… « ). Manque de surveillance, d’activités, de variété dans l’alimentation. D’espace et d’intimité dans des chambres collectives. Phénomènes de contention…
Ce constat est partagé par les associations de défense des handicapés mentaux françaises (Unapei, APIM-HF) ou belges (Afrahm), porte-voix de familles mutiques car trop inquiètes de ne pas trouver de place ailleurs si elles osent se plaindre et retirer leur proche.
Les parents d’Amélie Locquet, cette jeune fille lourdement handicapée qui vient d’obtenir une prise en charge adaptée après un procès contre l’administration, osent désormais raconter. En 2010, la Maison départementale des personnes handicapées du Val-d’Oise leur avait proposé un placement à L’Espérandrie, ancien couvent situé à Bonsecours, à quelques centaines de mètres de la frontière française, qui s’est fait une spécialité de l’accueil des handicapés mentaux français, enfants et jeunes adultes – ils sont environ 450. Amélie y a passé deux semaines.  » C’est sinistre, se souvient Marie-Claire Locquet. Les gens sont comme des zombies, shootés aux médicaments, assis toute la journée, couchés à 18 h 30. Ils sont dans des chambres-dortoirs de 4 à 6 lits. Ils n’ont aucune intimité. « 
Atinord a tiré la sonnette d’alarme au printemps 2012 après y avoir vu  » des personnes sous la contrainte d’une institution close sur elle-même « .  » Pas de respect de la dignité humaine, pas de projet individuel, très peu d’activités. «  Et un secteur  » alités  » impressionnant,  » avec une soixantaine de lits occupés en permanence par des personnes gastro-stomisées – ayant une sonde dans l’estomac – , ce qui évite de les nourrir trois fois par jour « . Des personnes qui, une fois sorties, s’avèrent parfois capables de s’alimenter, d’avoir des activités. L’Awiph a exigé de la direction de L’Espérandrie une évolution de sa prise en charge par trop collectiviste ( » La même qu’il y a trente ans « ). Est-elle en cours ? Le Monde s’est vu opposer une fin de non-recevoir à sa demande de visite, les familles étant, selon le directeur,  » réticentes à cette intrusion dans l’intimité des pensionnaires « .
C’est au client-payeur d’imposer un niveau d’exigence supérieur à ces structures commerciales, rappelle-t-on côté belge. La Sécurité sociale, par le biais de l’ARS (en ce qui concerne les enfants) ou les conseils généraux (pour les adultes)  » financent les yeux fermés « , regrette l’Unapei. Seuls douze départements ont exigé de ces établissements la signature de conventions de financement assorties de contraintes qualitatives. Conventions dont il était jusqu’alors délicat de contrôler la bonne application sur un territoire étranger…
L’accord-cadre conférera enfin une légitimité aux contrôles français. Il a déjà permis un développement des contacts binationaux. Désormais, les départements français appellent parfois pour avis l’opérateur public belge avant un placement dans tel ou tel établissement. Grande nouveauté.
Sur Lemonde.fr Pascale Krémer © Le Monde

d1D2m3jgH-UJA4uaezKjHzl72eJkfbmt4t8yenImKBVvK0kTmF0xjctABnaLJIm9

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, Education, Social, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.