Loir-et-Cher – Innovation ? : Les maisons du charpentier de Contres partent à l’assaut du marché : Au final, cette maison prête à vivre reviendra à moins de 100.000 €

La Nouvelle République  09/01/2014 05:38

La maison bois en coques prend corps chez Rigolet

RIGOLET TETE-2

 Montées en un clin d’œil, économes en énergie, compétitives en termes de coût, les maisons du charpentier de Contres partent à l’assaut du marché

RIGOLET TETE-1

A en juger par leur aspect extérieur, leurs enduits, leurs volumes, les maisons bois des Ets Rigolet à Contres ressemblent à beaucoup d’autres : les visiteurs qui viendront visiter les deux premiers exemplaires visibles à Sassay dans le cadre d’une opération portes ouvertes doivent toutefois s’attendre à quelques surprises. Car Pascal Rigolet, professionnel de tradition (il a notamment en son temps réhabilité le torchis solognot) sait aussi jouer de l’innovation.
 « Le bois, c’est mon métier. C’est aussi le meilleur matériau pour la construction » explique-t-il. « J’ai voulu le mettre à la portée de tous en imaginant des solutions originales au niveau des fondations, de l’isolation, de l’assemblage. Au final, ma maison prête à vivre reviendra à moins de 100.000 € avec une consommation énergétique de 200 € par an. Pour un primo-accédant, c’est la garantie de pouvoir devenir propriétaire avec un remboursement de l’ordre de 550 € par mois ».
Première innovation : la construction repose sur des pieux métalliques vissés dans le sol, sans aucun chantier préalable de terrassement. Le procédé, très répandu dans certains pays comme le Canada, assure une assise stable sur tout type de terrain et créée un vide sanitaire naturel sous la plateforme composée de longrines en lamellé-collé. La maison est ensuite déposée sur ce support en deux demi-coques transportées sur place par convoi routier. La charpente incluant des combles aménageables et la toiture (sauf la finition tuiles ou ardoises) suivent le même chemin. « La découpe et le montage en atelier permettent de réduire les coûts et d’intégrer par projection un isolant en mousse qui élimine tous les ponts thermiques. »
Un chantier express
Dans sa version de base (12 x 8 mètres), la maison se monte en une semaine, délai auquel il convient d’ajouter le second œuvre (aménagements intérieurs, électricité, plomberie, bardages ou enduits) qui porte la durée du chantier à un ou deux mois. Sa conception modulaire permet d’adjoindre des extensions, en fonction des besoins immédiats ou prévisibles des occupants.
Pour lancer sa nouvelle activité, Pascal Rigolet s’est associé à un spécialiste des pieux, un monteur, un transporteur et un professionnel qui commercialisera le produit en France et à l’étranger. « Le marché visé est celui des constructeurs de maisons individuelles qui pourront ainsi intégrer une maison bois à leur catalogue tout en assurant le second œuvre. Nos prévisions s’établissent à une quarantaine de maisons par an ». Mais une version en kit à destination des auto-constructeurs est également à l’étude. Elle s’appellera « Kikéa ». Tout un programme !
Portes ouvertes dans les deux maisons-témoins des Ets Rigolet à Sassay, route de la Charmoise (à 2 km du bourg. Parcours fléché) les vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 janvier de 10 h à 18 h.
Jean-Louis Boissonneau

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Ecologie, Economie, Energie, Industrie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.