Jardin – Protéger ses plantes et semis du froid / Peut-on jardiner sans labourer ?

France info 12 /01/2014

Comment bien protéger plantations et semis en cette période d’hiver ? Claude Bureaux nous donne quelques conseils.

afiweb_chassis-salades-001

Pour protéger ses semis, précoces ou tardifs, il existe de nombreux abris. Chauffés ou non. 
Il faut savoir que la culture sous abri n’est pas forcément synonyme de grosses dépenses énergétiques. D’autre part, selon la saison, les intempéries et les cultures, le chauffage n’est pas indispensable. Les protections possibles peuvent aller du plus simple au plus compliqué : cloches, voiles non tissés, châssis froids, tunnels ou abris vitrés.
Pour l’amateur, les semis ou boutures, souvent réalisés dans la maison ou la véranda, ne nécessitent pas forcément de protection spéciale. Les belles cloches en verre des anciens ne sont plus utilisées aujourd’hui. Elles sont remplacées aujourd’hui par des cloches en plastique qui permettent d’avancer les semis potagers comme les courges, les cornichons, ou de réaliser des semis précoces de plantes à fleurs pour l’été.
On peut facilement fabriquer soi-même des mini-cloches en découpant à la base une bouteille en plastique. Un petit châssis couvert de verre ou d’un film transparent peut permettre de réaliser des semis tardifs en cette saison : de légumes, de fleurs, d’arbres ou d’arbustes. L’hiver, on peut protéger ces châssis du froid avec des paillassons. Les tunnels en plastiques exigent un peu de place au jardin mais permettent la culture, en saison, de plantes hautes comme les tomates.
Dernier conseil : lorsque le soleil fait son apparition et que la température extérieure repasse au dessus de 8°, découvrez vos plantes une heure ou deux, facilitez l’aération, ce qui limitera les risques de développement des maladies cryptogamiques.
 Le 11 janvier 2014

Peut-on jardiner sans labourer ?

7db910f2fabalcon

claudebureauxCette année, vous vous l’êtes promis, vous allez entretenir votre jardin ou votre balcon. Alors écoutez bien les conseils de Claude Bureaux. Le jardinier de France Info est là tous les weekends pour vous aider.
Les conseils du jour
Au jardin, on bouture les charmilles et les cornouillers. On désinfecte les pots, caissettes et demis, tuteurs et jardinières afin d’éviter la propagation des maladies. Utilisez de l’eau de javel pour bien laver les contenants. Puis placez-les dans un endroit sec.
Daniel de Nyons se demande s’il est indispensable de labourer à l’automne ou au printemps. Et il voudrait savoir ce que vous pensez des nouvelles techniques de jardinage sans labour ?
CB : le bêchage est une pratique courante, appliquée depuis des décennies. Le traditionnel labour d’hiver s’accompagne souvent de l’enfouissement d’engrais vert, de fumier, de compost familial, d’amendements ou d’engrais à décomposition lente. Les jardiniers bio préfèrent utiliser une grelinette qui ne retourne pas le sol mais l’aère. Mais elle ne le débarrasse pas des vers blancs, balanin des noisettes, liseron ou chiendent. Pour ma part, j’effectue toujours un labour d’hiver avec un profond griffage pour enfouir certains amendements et engrais.
Aude travaille à Paris dans le 15e. Il y a un beau philodendron à grandes feuilles découpées dans son bureau. Il a bien poussé mais personne ne lui a changé la terre depuis quelques années. Aude se demande si c’est le bon moment pour le rempoter. Et quel engrais il faut lui donner.  
CB : le philodendron dont parle Aude est un monstera deliciosa. Attention, il ne supporte pas des températures sous les 18°. Il faudra attendre mars pour le rempoter, avec un mélange de terreau de feuilles, de tourbe et de sable de rivière. Attention à ne pas trop arroser.
Jean-Pierre à Viry-Chatillon explique qu’il fait son compost depuis trois ans. Mais il trouve que la décomposition des déchets végétaux est assez lente. Il voudrait savoir où il peut trouver des activateurs de compost naturels.
CB : l’activateur de compost est en effet assez efficace. Mais pour bien composter, il suffit souvent de respecter l’équilibre entre matières sèches et matières humides. Les orties fraîches ou le purin d’orties sont aussi d’excellents activateurs de compost. Il existe aussi dans le commerce des activateurs de compost en granulés.
Virginie (à Chartres) possède une petite cour pavée bien ensoleillée et voudrait la fleurir un peu. Que lui conseillez-vous ? 
CB : Pour agrémenter une cour pavée, il n’y a que deux solutions :
– mettre des pots ou des jardinières
– créer des poches de plantation.
Les poches sont préférables. Déchaussez des groupes de quatre à cinq pavés, cela créera des trous. Rapportez de la terre végétale et du compost dans le trou. Plantez-y des plantes poussant en boule ou formant un tapis qui s’étalera ensuite sur les pavés.
Les plantes conseillées : romarin rampant, lavande, helichrysum, immortelles vivaces, gazania notamment.

afigazania

aROMARIN_RAMPANT_A

aimmortelle

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Loisirs Tourisme, Nature, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.