Les Etats-Unis lors de la vague de froid exceptionnelle

Notre planète 08/01/2014
 Vague de froid exceptionnelle aux Etats-Unis

anpneige-tempete-etats-unis-6_4659232

Une vague de froid exceptionnelle s’est abattue sur le nord et nord-est des Etats-Unis : les températures ont chuté jusqu’à -37°C, paralysant une grande partie du pays qui supporte maintenant de fortes chutes de neige.

anpvague-froid-USA-012014-phare

Phare gelé, Michigan – USA © Thomas Zakowski/HotSpot Media
Depuis lundi 6 janvier, une vague de froid d’une ampleur inédite depuis 20 ans touche les États-Unis, notamment la région des Grands Lacs mais qui s’est étendue jusqu’à la Nouvelle-Orléans et le nord de la Floride ! En cause : la descente d’une masse d’air polaire sur l’Amérique du nord.
Le 3 Janvier 2014, la masse d’air polaire a commencé à rompre le vortex polaire, un système de basse pression semi-permanent centré autour de l’île de Baffin au Canada. L’air glacial a alors été poussé vers le sud dans la région des Grands Lacs par le courant-jet, apportant des températures anormalement froides dans de nombreuses régions du Canada mais aussi d’une grande partie de l’Est et du Nord des Etats-Unis.
Cette vague de froid a été précédée d’un bref réchauffement dû à un flux de sud à l’avant d’une dépression. En 24 heures, le thermomètre a chuté de 28°C à New York : lundi matin à 8h, il faisait +12°C sous la pluie, tandis qu’on relevait -16°C avec un ressenti de -26 mardi à 8h.

anp_le-lac-michigan-gele-aux-etats-unis-lundi-6_4e86cffab9b1cb1b9d2b66597111960a

Records de froid aux Etats-Unis
Le service de météorologie américain (National Weather Service) a relevé dans la journée du lundi 6 janvier des températures de 10 à 20°C inférieures à la normale saisonnière dans les deux Dakota, le Minnesota, l’Iowa, le Wisconsin, le Michigan, le Nebraska et dans le Montana. C’est ce dernier État qui affiche, jusqu’à présent, le record de froid avec une température ressentie de -53°C. En comparaison, le thermomètre affichait « seulement » -34°C au Pôle Sud[1].
Les températures sont descendues à des niveaux très bas, avec un vent glacial qui a abaissé la température ressentie[2]. Près de 50 villes des États-Unis ont enregistré mardi 7 janvier 2014 des records de températures : jusqu’à – 37° C dans la ville d’Embarrass (Minnesota)[3].
Entre lundi et mardi 7 janvier au matin, on a ainsi relevé (température ressentie entre parenthèses) :
Chicago : -26°C (-41). Le record est de -29.4°C
Minneapolis : -31°C (-43)
Detroit : -24°C (-38)
Philadelphie : -15,5°C
Baltimore : -16,1°C
Portland : -24°C
Saint-Louis : -16°C
Atlanta : -14,4°C (record de 1970 battu)
La Nouvelle-Orléans : -4°C (-10)
New York, Central Park : -16°C (-26). Record battu pour un 7 janvier, le dernier datait de 1896 avec -14,4°C.
Une vague de froid accompagnée de fortes chutes de neige
Les conséquences de la vague de froid
Notes : Le record de température sur Terre y est toutefois de -93,2 °C, relevée le 10 août 2010.
Les météorologues calculent l’indice de refroidissement éolien – la température ressentie – en tenant compte de la température de l’air et de la vitesse du vent. L’indice éolien est une valeur sans unité. Par exemple, avec une température de l’air de -10°C et un vent de 30km/h, l’indice éolien est de -20. Cela signifie qu’on ressent sur sa peau l’équivalent d’une température de -20°C par une journée avec un faible vent.
La température enregistrée la plus basse en France est de – 36,7 °C à Mouthe (Doubs), le 13 janvier 1968.
Ce phénomène d’effet de lac peut se produire dans toutes les régions froides et tempérées du monde, où la neige est présente, ainsi que des plans d’eau. En France, le Cotentin peut par exemple connaitre de fortes accumulations de neige dans des flux de nord-est, à cause du passage d’un air très froid sur les eaux plus chaudes de la Manche avant d’arriver sur les terres chargé d’humidité et de neige.
Auteur : Christophe Magdelaine / notre-planete.info – Tous droits réservés

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Nature, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.