Vie privée – Déchaînement : le comportement assez nouveau, et parfois choquants, des médias – la perfidie de Catherine Nay et Jean-François Kahn, par Thierry de Cabarrus

Nouvel Obs 11/01/2014  Thierry de Cabarrus Chroniqueur politique
LE PLUS. Les révélations de « Closer » font des vagues dans les médias et sur les réseaux sociaux.
Thierry de Cabarrus
Un phénomène que condamne notre chroniqueur, Thierry de Cabarrus.
Au point que la compagne encore officielle de François Hollande, Valérie Trierweiler, redevient la cible de l’opinion publique.
Julie Gayet / François Hollande : qu’on fiche la paix à Valérie Trierweiler !
Quelle grossièreté ! Quel manque d’élégance ! Quelle haine ! Alors que la rumeur sur la relation supposée entre la comédienne Julie Gayet et François Hollande n’est toujours pas confirmée, Valérie Trierweiler, la compagne officielle du président de la République fait l’objet d’attaques de plus en plus indignes.
 On pouvait penser que devant la situation épouvantable qu’elle doit affronter (quelle que soit la réalité), l’opinion aurait eu à son égard un peu de compassion et l’aurait laissée tranquille, mais pas du tout. On dirait même que jamais les internautes n’ont été aussi durs avec elle sur Twitter.
 Si la quasi totalité de la classe politique se serre les coudes dans la tempête médiatique (sans doute dans un réflexe grégaire de solidarité mais aussi parce qu’elle ne sait trop comment réagir face au tabou de la vie privée d’un président qui tombe contre son gré) les commentateurs, eux, se lâchent à la radio et à la télévision et multiplient les paroles nauséabondes.
 Le web se lâche
 « Le web se lâche« , titrait vendredi « Le Parisien » , expliquant qu’en quelques heures, la relation supposée entre Julie Gayet et François Hollande avait fait l’objet d’un million de requêtes sur Google, tandis que dans la seule nuit précédente, 6000 messages sur le sujet avaient été postés sur Twitter.
La principale cible des twittos, c’est bien sûr Valérie Trierweiler. Pas question ici de reproduire les messages lamentables, dégoulinants de haine à son égard, je me contenterai d’un seul, qui est à la fois ironique et politique, une vraie trouvaille particulièrement appréciée des internautes puisqu’il a fait le tour des réseaux sociaux :  Pour le reste, on a droit à de nombreuses parodies de son tweet sur les législatives de La Rochelle, mais surtout, à un déferlement de tweets exigeant son départ immédiat de l’Élysée.
 Le péché 
 À chaque fois ou presque, on retrouve cette critique qui poursuit depuis deux ans le couple présidentiel : comme Valérie Trierweiler et François Hollande ne sont pas mariés, ce n’est pas aux contribuables de payer les frais d’entretien de celle qui n’est pas légitimement la « Première dame ».
 Une attaque politique et ultraconservatrice, formulée par des représentants de la France de droite qui estiment que le couple vit « dans le péché », et que ce « mauvais exemple » met en péril la notion traditionnelle de famille. Une attaque pleine d’arrière pensée puisqu’elle charrie avec elle le combat d’arrière garde contre le mariage pour tous.
 Dès lors, de nombreux messages ont pour but de délégitimer de manière définitive Valérie Trierweiler, au nom de l’intérêt général qui consisterait à mieux employer l’argent des Français qu’à entretenir une « maîtresse ».
 D’autres estiment tout aussi grossièrement que nos concitoyens ont droit à la transparence sur la vie amoureuse de François Hollande puisque ce sont eux qui assurent son train de vie : lire
Des nouveaux comportements choquants
 Voilà pour le web qui, on le voit, est toujours capable du meilleur comme du pire. Passons sur la classe politique qui, mis à part quelques exceptions notables, a tendance à peu commenter ce qui, après tout, relève (jusqu’à quand ?) de la vie privée du chef de l’État. En revanche, il faut noter le comportement  assez nouveau, et parfois choquants, des médias devant ces « révélations ».
 Le plus spectaculaire, me semble-t-il, c’est la façon dont la journaliste Catherine Nay (classée à droite) a soulevé « la question » de la compagne officielle de François Hollande : « La question est de savoir si Valérie Trierweiler peut rester à l’Elysée », a-t-elle déclaré à Nicolas Poincaré sur Europe 1, avant d’ajouter cette remarque particulièrement abjecte selon laquelle elle avait été jalouse du passé, alors qu’ « elle aurait mieux fait d’être jalouse de l’avenir ».
Europe 1         ✔ @Europe1
« Valérie #Trierweiler a été jalouse du passé, elle aurait mieux fait d’être jalouse de l’avenir » Catherine Nay dans #E1Soir #Gayet
7:27 PM – 10 Janv 2014  à 10h02 –
Une perfidie à laquelle Jean-François Kahn, dans la même émission, a tenu à ajouter la sienne :
Europe 1         ✔ @Europe1
« S’il l’avait virée au moment du tweet on l’aurait applaudi, on aurait dit quel homme » Jean-François Kahn dans #E1Soir #Hollande
7:43 PM – 10 Janv 2014
 La situation bientôt « clarifiée » ?
 Europe 1 a donné le ton et depuis, les commentateurs politiques ne cessent d’expliquer à la radio, à la télé et sur les sites d’infos que la situation ne peut durer ainsi plus longtemps à l’Élysée, qu’il y va du peu de crédibilité qui reste au président de la république et de la transparence à laquelle les Français ont droit.
 Partout, on apprend de la bouche de journalistes « bien informés » que c’est imminent, que la situation du couple présidentiel va être « clarifiée », que François Hollande et Valérie Trierweiler seraient même en train d’écrire avec leurs services de communication respectifs un communiqué commun de séparation etc…
 La pression sur l’Élysée est désormais considérable, car, disent encore les commentateurs, François Hollande a rendez-vous avec les Français mardi prochain et il ne faudrait pas que des questions sur sa vie privée viennent casser le nouvel élan qu’il compte donner à cette occasion à sa politique.
 Tout cela, à mon goût, est non seulement très exagéré mais aussi particulièrement grossier. Ce n’est ni aux journalistes ni aux internautes de dicter sa conduite à un couple (prétendument) en difficulté, quel que soit son statut social, quand il s’agit de sa vie privée. Car il ne faudrait pas que derrière ce genre de pressions se cachent simplement des motivations politiques aussi grotesques que déplacées.
Édité par Rémy Demichelis

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans chronique, Débats Idées Points de vue, Médias, Politique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.