Le Japon avance savamment ses pions en Afrique

 japon drapeau
L’opération reconquête est lancée. Et elle ne manque ni de panache ni d’ambition.
Lors de sa tournée africaine de quatre jours, qui s’est terminée mardi, le premier ministre conservateur japonais, Shinzo Abe, s’est engagé à tisser des liens plus étroits avec un continent dont le potentiel économique croissant offre de juteuses perspectives.
Promettant plus de 200 millions d’euros pour promouvoir la paix et la sécurité, il a parallèlement annoncé que son pays allait investir dans l’agriculture et la géothermie en Ethiopie. Un peu plus tôt, il avait signé une série d’accords énergétiques au Mozambique, où de vastes gisements de gaz naturel offshore ont été mis au jour ces dernières années.
Comme le rapporte la BBC, le dirigeant nippon veut s’appuyer sur les femmes et les jeunes, qui, à ses yeux, portent l’avenir de cette partie du monde. En mettant davantage l’accent sur l’Afrique, M. Abe escompte alimenter la machine industrielle japonaise, tout en créant de nouveaux débouchés pour ses produits. En creux, il s’agit surtout de marcher dans les pas de la Chine.
Face à l’expansionnisme de Pékin, le Japon, pourtant présent sur le sol africain depuis longtemps, accuse en effet un sérieux retard, rappelle Afrik.com.
 D’après l’OCDE, l’Archipel ne représenterait que 2,7 % des échanges commerciaux du continent, contre 13,5 % pour son rival asiatique. L’Afrique est-elle en train de se muer en ligne de front entre les deux puissances ? The Diplomat s’en défend, arguant qu’elles nourrissent des intérêts fondamentalement divergents – l’économie côté japonais, le « soft power » côté chinois (même si l’économie tient aussi une place importante).
 The Globe and Mail et l’Asahi Shimbun, eux, y voient au contraire une lutte d’influence larvée. Shinzo Abe n’a-t-il pas déclaré en prélude à sa tournée que l’Afrique était la « (nouvelle) frontière de la diplomatie nippone » ?
Le Monde 16/01/2014

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Economie, International, Politique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.