L’entreprise c’est un dancing

Le blog de Gérard Filoche – 14 janvier 2014
« L’entreprise, ce n’est pas un lieu d’exploitation, ce n’est pas un lieu d’accumulation de profits, de richesses » a affirmé de façon assez novatrice, le ministre du budget, Bernard Cazeneuve, le 6 janvier sur BFMTV, inaugurant brillamment l’an 2014.
Large_filoche-295x300C’est bien connu, l’entreprise est un dancing, un club de rencontres, un centre de repos, un institut de thalasso, Noël tous les jours et le soleil y brille. Ne le dites pas aux 98 % de salariés qui gagnent moins de 3 200 euros nets, aux 50 % d’« actifs occupés » qui gagnent moins de 1680 euros, ne répétez pas les propos du ministre aux 10 millions de travailleurs pauvres en dessous de 900 euros : dans l’entreprise on n’est pas là pour faire des profits mais pour se marrer.
Ne le dites pas aux 20 millions de salariés dont les heures supplémentaires ne sont pas payées, mais c’est pour leur bien, ils en ont de la chance d’être dans un chouette lieu ou on rigole tous, matin, midi et soir.
Ne le dites pas aux 4 millions de temps partiel subis, aux CDD renouvelés, aux contrats « atypiques », aux 3X8, aux 4X8, aux 5X8, aux travailleurs de nuit et du dimanche, aux femmes pauvres et précaires, ils douteraient de tout.
En fait l’entreprise, c’est le paradis, c’est désintéressé, on y est tous copains et copines. Ne le dites pas aux accidentés, handicapés, malades du travail, aux précaires, aux discriminés et harcelés, aux tués et suicidés du travail.
Ne le dites surtout pas aux patrons qui se sont octroyés 196 milliards de dividendes ni aux 500 familles qui possèdent 330 milliards, 16 % du PIB, et qui ont gagné 59 milliards (+25 %) l’an passé, ce sont tous des altruistes, ils savent, eux combien l’entreprise est généreuse.
Et si vous croisez le ministre du Budget, ignorez patrons et banquiers fraudeurs du fisc, qui détournent 80 milliards et qui placent 590 milliards d’avoirs français dans les paradis fiscaux, ça gâcherait son optimisme et il serait capable de ne plus vouloir « pactiser » avec les entreprises, et il se ferait virer par François Hollande.
Si vous prétendez que le capitalisme ce n’est pas seulement le profit mais la recherche de surprofit maxima, vous êtes ringard. Ne traitez plus le patron de « taulier » c’est un bienfaiteur. Vous êtes vieux jeu si vous croyez que ce qui compte pour les entreprises, c’est la rentabilité, au détriment de tout le reste, du bien-être, du développement durable.Usine-broyee-profits
Vous en doutiez mais, en fait, ils sont bons ces patrons qui vous « donnent du travail ». Cessez de croire aux images dépassées selon lesquelles les salariés subordonnés seraient obligés de vendre leur force de travail : ils le font avec enthousiasme. En fait vos heures de boulot, c’est ça le vrai bonheur. Ce sont les patrons qui vous aident à vivre et non pas vous qui les faites vivre.
Arrêtez de croire que le travail n’enrichit personne et que ce qui enrichit c’est l’exploitation du travail des autres, ce sont des calomnies d’un autre temps. C’est aussi une grossière erreur d’imaginer que ce qui enrichit les patrons c’est la spéculation sur l’argent dérivé de votre travail. La finance, les surprofits et dividendes placés dans les casinos des Bourses et caves à subprimes ça n’existe pas, c’est Bernard Cazeneuve, nouveau théoricien de l’Entreprise qui vous l’enseigne.      Gérard Filoche

A propos werdna01

Hors des paradigmes anciens et obsolètes, libérer la parole à propos de la domination et de l’avidité dans les domaines de la politique, de la religion, de l’économie, de l’éducation et de la guérison, étant donné que tout cela est devenu commercial. Notre idée est que ces domaines manquent de générosité et de collaboration.
Cet article, publié dans Travail, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.