Piraterie maritime : une décrue sensible, mais inachevée

Les mers et océans du globe sont-ils devenus des havres de sécurité ? D’après les chiffres dévoilés mercredi par le Bureau maritime international (sis à Londres) dans son rapport annuel, la tendance est, en tout cas, à une nette diminution des actes de piraterie maritime.
 En 2013, 264 incidents ont ainsi été recensés dans le monde, soit une baisse de 40 % par rapport à 2011. Mieux, le phénomène a atteint son plus bas niveau en six ans. Cette décrue n’est cependant pas fortuite : elle fait écho aux larges efforts déployés à l’échelle internationale pour faire pièce aux « gangs de pirates » qui, il n’y a pas si longtemps encore, opéraient en toute impunité au large des côtes somaliennes.
D’autres facteurs ont également contribué à endiguer ce fléau, comme la présence d’équipes de sécurité privée à bord des bateaux, l’action des patrouilles internationales ou encore « l’influence stabilisatrice » du gouvernement de Mogadiscio.
 Pour autant, il serait malvenu de crier victoire trop tôt. Et de rappeler que, si la piraterie a, du moins en partie, déserté la Corne de l’Afrique – où devrait se poursuivre l’opération européenne « Atalante » jusqu’en 2016 –, elle a progressé de manière inquiétante dans l’ouest du continent (19 % des attaques répertoriées l’an dernier), notamment dans le golfe de Guinée.
 Lourdement armés, les pirates nigérians, qui n’hésitent pas à s’aventurer dans les eaux territoriales gabonaises, ivoiriennes et togolaises, sont réputés pour leur violence. Sous d’autres latitudes, en particulier autour de l’archipel indonésien, la situation n’incite pas non plus à l’optimisme. Même si les pirates locaux sont plus « désorganisés et opportunistes » que leurs alter ego africains, préférant plutôt recourir au vol à main armée qu’à la « prise d’otages traditionnelle ».
Le Monde 17/01/2014

apirate193118_vignette_WEB-PIRATERIE

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Police, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.