Chine – le jour des révélations dites « ChinaLeaks » : Le procès de Xu Zhiyong

LE MONDE | 23.01.2014 à 10h37 • Mis à
L’inlassable combat pour l’Etat de droit en Chine
En Chine, le pouvoir communiste a longtemps usé et abusé des notions de « peuple » et de « masses » pour désigner le milliard 300 millions d’humains qu’il administre. Au mieux, les Chinois sont des habitants (jumin), le vocable qui figure sur la carte d’identité de tout Chinois. Mais il est un mot qui fait peur à l’Etat-parti : « citoyen ».
Xu Zhiyong vient de l’apprendre à ses dépens. Ce professeur d’université et docteur en droit de 40 ans a été l’animateur du Mouvement des nouveaux citoyens. Le procès qui lui est intenté pour trouble à l’ordre public s’est ouvert mercredi 22 janvier, le jour des révélations dites « ChinaLeaks », l’enquête sans précédent sur la fortune secrète des élites chinoises placée dans des paradis fiscaux, publiée par Le Monde et d’autres grands médias internationaux.
Lire notre enquête : OffshoreLeaks : révélations sur l’argent caché des « princes rouges » chinois
Le combat de M. Xu se situe dans le respect des lois chinoises – intégralement. Il réclame l’avènement d’un véritable Etat de droit. Il veut que les dirigeants soient responsables devant les « citoyens ». M. Xu et ceux qui l’ont suivi se sont fait connaître sur les réseaux sociaux et en manifestant dans la rue. Leur revendication prioritaire : ils demandent que le patrimoine des dirigeants de la deuxième économie mondiale soit public.
La revendication des Nouveaux Citoyens a touché un nerf sensible : les élites chinoises n’ont pas leur pareil pour siphonner les richesses du pays, avec la complicité de banques et de cabinets comptables occidentaux. Parmi les noms de ceux qui ont recours aux paradis fiscaux figurent des proches des plus hauts dirigeants chinois, actuels ou passés – dont le beau-frère du président Xi Jinping.
CORRUPTION DES ÉLITES
Ce dernier a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités, affirmant vouloir s’attaquer aussi bien aux « mouches » qu’aux « tigres », aux petits qu’aux puissants. Il a pris des mesures. Elles ont sanctionné plusieurs dizaines de milliers de faits de corruption, y compris au plus haut niveau. Mais ces mesures sont le fait du parti, exclusivement, pas d’une justice indépendante. Elles relèvent moins de l’application de la loi que du fait de l’empereur. Car, dans le même temps, le pouvoir écrase les citoyens qui réclament la transparence. Il censure les réseaux sociaux et les sites des journaux étrangers, comme Le Monde, après les révélations sur l’argent caché des « princes rouges ».
Cet acharnement à faire taire les Nouveaux Citoyens est dissimulé à la grande majorité des Chinois en raison du silence imposé à la presse. C’est dans la logique du régime : le principe du maintien du parti unique outrepasse toute autre considération. Même si le PCC sait et dit que sa légitimité est rongée par la corruption des élites.
Des appels à la supervision citoyenne se sont fait entendre fin 2012, lors de la transition politique au sommet de l’Etat. Il n’empêche, la nouvelle équipe dirigeante recourt aux méthodes de ses prédécesseurs : en suscitant la peur, pas en appliquant le droit.
Le président Xi Jinping ne manque pas d’énergie réformatrice. Mais à quoi bon s’il réduit au silence ceux qui prennent au sérieux sa lutte anticorruption ?

achine2201-APPLE_DAILY

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Débats Idées Points de vue, Economie, International, Médias, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.