Syrie: Dans la ville d’Homs assiégée, un Jésuite né au Pays-Bas, ne veut (peux) pas quitter son monastère

Dans le vieux Homs, un jésuite partage la misère des assiégés
Un vieux prêtre jésuite néerlandais a choisi de rester avec les assiégés de la Vieille ville de Homs, au centre de la Syrie, sans rien à manger et avec un espoir qui vacille.

atv5090e70604768a1965b1cf5f4d6c875cec44add7a

Capture d’écran d’une vidéo postée sur YouTube le 21 janvier 2014 du prêtre jésuite néerlandais Frans van der Lugt afp.com –
Le Père Frans van der Lugt a passé près de cinq décennies en Syrie, un pays qu’il aime profondément, au point de le considérer comme le sien, même s’il est né aux Pays-Bas.
Bien que la situation soit terrible à Homs, où les habitants livrent un combat quotidien pour se procurer à manger et où la population chrétienne s’est réduite à quelques dizaines d’âmes, l’idée de quitter la ville ne lui a jamais traversé l’esprit.
« Je suis à la tête d’un monastère. Comment pourrais-je le quitter? Puis-je abandonner derrière moi les chrétiens? C’est tout à fait impossible », explique-t-il à l’AFP qui l’a joint par internet. « Le peuple syrien m’a tant donné, tant de gentillesse, tant d’inspiration, et tout ce que je possède. Maintenant qu’il souffre, je dois partager sa peine et ses difficultés », ajoute-t-il.
Le Père Frans est arrivé en Syrie en 1966, après deux ans passés au Liban à apprendre l’arabe. A 75 ans, ses yeux sont vifs derrière ses lunettes quand il parle de son pays adoptif. Il décrit sobrement la souffrance des quelque 3.000 personnes soumises à un siège impitoyable et à des bombardements quotidiens de l’armée loyale à Bachar al-Assad.
600 jours de siège
Les assiégés grappillent tout ce qu’ils trouvent pour se nourrir mais la situation est désespérée. « Nous avons très très peu à manger. Les gens dans la rue ont le visage fatigué et jaune. Ils sont faibles, sans ressort ».
Le sort de ce quartier assiégé depuis plus de 600 jours a été discuté entre le régime et l’opposition lors des pourparlers de Genève. Le régime a accepté de laisser sortir les femmes et les enfants, mais il n’y a eu aucun accord au sujet des hommes ou de l’entrée de l’aide dans ce réduit.
« C’est la famine ici mais les gens ont également soif d’une vie normale. L’être humain n’est pas seulement un estomac, il a aussi un cœur, et les gens ont besoin de voir leurs proches », dit-il.

atv524851e307f061fd8dc3b314cd3668d40511450e8f

 Un homme assis dans une rue de la vieille ville de Homs, le 31 janvier 2014 afp.com – Mohamad Abu Hamza
La Vieille ville a été totalement détruite et des dizaines de milliers de chrétiens qui y vivaient, il n’en reste, selon l’ecclésiastique, que 66. « Je suis le seul prêtre et le seul étranger à être resté. Mais je ne me sens pas comme un étranger, mais comme un arabe parmi les arabes », dit-il un sourire aux lèvres.
Il vit dans un monastère jésuite où une veuve lui fait la cuisine. Il fait ce qu’il peut pour les familles les plus pauvres du voisinage, qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes.  « Je ne vois pas les gens comme des chrétiens ou des musulmans. Je les vois d’abord et avant tout comme des êtres humains ».
Les délégations réunies dans les grands hôtels de Montreux ou de Genève « parlent de nous mais ne vivent pas avec nous. Ils devraient parler de ce que nous pensons et non pas de ce qui est bon pour eux », poursuit-il en référence aux pourparlers de paix de Genève II entre représentants du régime et de l’opposition qui se sont achevés sans résultat.
Mais aucune trace d’amertume n’est perceptible dans sa voix et il insiste sur le fait que le régime comme l’opposition doivent trouver un moyen d’établir la confiance entre eux.
« Si la confiance existe alors les négociations peuvent être productives. Dans le cas contraire, cela ne marchera jamais, que les pourparlers se tiennent à Genève, Paris, Honululu ou Londres ».
 TV5MONDE Beyrouth (AFP) – 04.02.2014 – Par Karim ABOU MERHI © 2014 AFP

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Solidarité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.