Culture & Diversité – A Trappes le président de la République et les bienfaits de l’  » impro  » : pratique artistique, outil pédagogique / chronique Le Plus : Thierry de Cabarrus

Le Monde 11/02/214

François Hollande découvre les bienfaits de l' » impro « 

Jamel Debbouze dit  » nous «  parce que cette présence présidentielle n’aurait pas été possible sans Marc Ladreit de Lacharrière, qui a créé et finance la Fondation Culture & Diversité, destinée à favoriser l’accès des jeunes issus de l’éducation prioritaire aux arts et à la culture.
 » Je lui ai parlé de l’improvisation et de son intérêt sur les gamins des ZEP. Il est venu un jour assister à un cours d’impro à Trappes et a vu l’intérêt de soutenir cette pratique artistique. Grâce à son carnet d’adresses, il a pu en parler aux plus hautes autorités de l’Etat, et c’est comme cela qu’on a eu François Hollande « , explique Jamel Debbouze.  » Le président a ri, a voté, c’était très chaleureux. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si bien accueilli ! Il a fait un discours incroyable pour dire qu’il avait compris les bienfaits de l’improvisation pour les jeunes « , raconte l’humoriste.
Alors il ne s’est pas privé de lancer, devant le chef de l’Etat et un public de deux cents personnes :  » Le visage de l’impro va changer demain en France ! « 
alemonde jamel hollande
Jamel Debbouze dit  » nous «  parce que cette présence présidentielle n’aurait pas été possible sans Marc Ladreit de Lacharrière, qui a créé et finance la Fondation Culture & Diversité, destinée à favoriser l’accès des jeunes issus de l’éducation prioritaire aux arts et à la culture.
 » Je lui ai parlé de l’improvisation et de son intérêt sur les gamins des ZEP. Il est venu un jour assister à un cours d’impro à Trappes et a vu l’intérêt de soutenir cette pratique artistique. Grâce à son carnet d’adresses, il a pu en parler aux plus hautes autorités de l’Etat, et c’est comme cela qu’on a eu François Hollande « , explique Jamel Debbouze.  » Le président a ri, a voté, c’était très chaleureux. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si bien accueilli ! Il a fait un discours incroyable pour dire qu’il avait compris les bienfaits de l’improvisation pour les jeunes « , raconte l’humoriste.
Alors il ne s’est pas privé de lancer, devant le chef de l’Etat et un public de deux cents personnes :  » Le visage de l’impro va changer demain en France ! « 
alemonde jamel Holande 02
 » Exutoire « 
Jamel Debbouze espère que cette visite facilitera la reconnaissance de cette pratique artistique qui est aussi un outil pédagogique :  » Il faudrait que les ministères de l’éducation nationale et de la culture comprennent que l’impro est un exutoire indispensable pour tous ces gosses de banlieue qui ont du mal avec les mots et qui se sentent au ban de la société. Cela permet de les raccrocher à la culture, à la société. « 
 » L’improvisation a sauvé des vies, je sais de quoi je parle ! Tu joues, tu es applaudi, cela fait aimer le monde. Etre écouté donne une considération incroyable. J’ai pu faire partie de la société et passer la barrière du périph’ grâce à l’impro « , précise-t-il.
Pour  » Papy  » Degois, qui a, pendant vingt ans, initié des milliers de collégiens de Trappes à cette pratique,  » l’improvisation est une filière différente des conservatoires ou des cours privés comme le cours Florent ; c’est une autre manière de devenir comédien pour ces gamins « .
Et Jamel Debbouze de conclure :  » L’improvisation mais aussi la danse — qui m’a aidé à ne plus avoir honte de mon corps — sont mes deux meilleurs diplômes. « 
Sandrine Blanchard  Le Monde
ano8501391858942
François Hollande et Jamel  Debbouze à Trappes : le président, notre nouvelle Première dame
 Nouvel Obs  08-02-2014  Par Thierry de Cabarrus Chroniqueur politique
LE PLUS. En rendant visite aux collégiens de Trappes avec Jamel Debbouze, François Hollande a rempli le rôle que Valérie Trierweiler aurait sans doute assumé si elle avait été encore Première dame.
thierry CabarrusL’événement n’était pas annoncé sur l’agenda officiel de l’Élysée. Une anecdote révélatrice pour notre chroniqueur Thierry de Cabarrus.
 Certains verront dans ce déplacement discret à Trappes (Yvelines) une opération de communication mal ficelée, destinée à améliorer son image au moment où François Hollande est au plus bas dans les sondages, pas moi. J’y vois plutôt l’expression d’un caractère peu commun qui, au fil des événements publics et privés, se dévoile. J’y vois aussi l’émergence à l’Élysée d’un nouveau statut de président : celui, plus moderne, d’un célibataire assumé.

atrappesfrancois-hollande-s-est-rendu-vendredi-soir-a-trappes_1618779_800x400

 À peine rentré de Tunisie où il avait tenu, par sa présence officielle, à souligner l’avancée démocratique de ce pays cousin de la France, François Hollande a rendu une visite impromptue à Trappes. Il a assisté à un match d’improvisation théâtrale entre les élèves de deux collèges, en présence du comédien Djamel Debbouze qui, lui aussi, avait fait ses premières armes au « Déclic théâtre ».
 C’est l’humoriste lui-même qui a révélé l’information en publiant une photo sur Twitter, avant que l’Élysée ne confirme, une demi-heure plus tard, en twittant un message accompagné lui aussi d’une photo :
Jamel Debbouze        ✔ @debbouzejamel Suivre
@fhollande est venu voir un match d’impro théâtrale à Trappes! Merci à la Fond. Culture & Diversité et Déclic Théâtre
11:15 PM – 7 Févr 2014
 François Hollande        ✔ @fhollande  Suivre
Belle soirée à Trappes pour le concours d’improvisation théâtrale avec des collégiens de talent et @debbouzejamel
11:42 PM – 7 Févr 2014
Mais, comme disait Molière, qu’est donc allé faire François Hollande dans cette galère ? Comment, lui qui entend, coûte que coûte, se donner la stature de président que l’opposition lui conteste, lui qui est le premier chef d’État européen à venir saluer la Constitution tunisienne, peut-il, dans la foulée, changer de costume et assister à une soirée bonne enfant d’improvisation dans une salle de banlieue ?
 Le débat sur le statut de la Première dame dépassé
 L’explication est pourtant simple. Le président qui est désormais officiellement célibataire depuis qu’il s’est séparé (de manière assez cavalière, j’en conviens) de Valérie Trierweiler, semble avoir résolu à sa façon le problème de l’absence à ses côtés d’une Première dame.
 Alors que le débat sur le statut de la conjointe du chef de l’État (à mon avis dépassé) continue de secouer la classe politique française et que chacun donne son avis, ici Bernadette Chirac, là Ségolène Royal, voilà que François Hollande semble prendre tout le monde de court en imposant sa vision de la situation.
 Puisqu’il est officiellement célibataire, puisqu’il ne semble pas, en tous cas pour l’instant, vouloir officialiser sa relation avec l’actrice Julie Gayet, il en tire les conséquences à sa manière, une fois de plus imprévisible et sans s’exprimer sur le sujet.
 François Hollande, président deux en un
Sa visite impromptue vendredi à Trappes peut être interprétée comme la volonté  évidente et spectaculaire d’assumer les deux casquettes : celle du chef de l’État, certes. Mais aussi celle, tout aussi protocolaire, qui était dévolue à Valérie Trierweiler, à savoir les activités caritatives, plus marginales mais tout aussi importantes puisque symboliques.
 Le chef de l’État a donc assisté au  « Trophée culture et diversité » qui a vu s’opposer les élèves des collèges Gustave-Courbet et Youri-Gagarine alors que cette visite n’était pas prévue à l’agenda de l’Élysée, donc sans journaliste, pas même un favori.
 Pour autant, le président était accompagné par la photographe officielle de l’Élysée ce qui montre bien une intention de communiquer, un peu à la manière dont les conseillers de Valérie Trierweiler laissaient filtrer les activités de la Première dame.
 En décembre déjà, quelques semaines avant que la relation entre le président et Valérie Trierweiler ne soit remise en cause, François Hollande s’était rendu sans prévenir dans les locaux d’ »Aire de famille« , une association du XIXe arrondissement parisien qui vient en aide aux parents en difficultés. L’information avait également filtré dans les médias et je m’étais demandé, à l’époque, pourquoi c’était le chef de l’état qui effectuait cette visite et non pas la Première dame.
 Un chef d’État célibataire qui s’assume
Nous avons aujourd’hui la réponse : François Hollande, qui a laissé entendre que sa compagne ne serait pas remplacée à l’Élysée et qu’il n’y aurait donc plus de rôle protocolaire à ses côtés, entend en tirer les conséquences. Le voilà donc dans le rôle du président mais aussi, de temps en temps, dans celui plus humain d’un homme proche des gens.
 On le voit, François Hollande n’a pas fini de nous étonner et il n’a cure, semble-t-il des réactions que son comportement original peut entrainer. Lui qui a été le premier président français à entrer à l’Élysée sans être marié endosse pleinement aujourd’hui son statut de premier président français célibataire, c’est-à-dire sans personne à ses côtés pour jouer un rôle somme toute à la fois artificiel et dépassé.
 Car ce n’est pas faire injure à Valérie Trierweiler que de reconnaître combien son statut était ambigu, au point de rendre son rôle particulièrement difficile.
 Par ses questionnements, par ses maladresses, elle a permis de mettre en lumière le caractère à la fois totalement ringard et incongru du rôle dévolu à la Première dame, qui a survécu de manière anachronique à la révolution française.
 Un chef de l’État célibataire qui s’assume en tant que tel à la face du monde (le 11 février en visite officielle aux États-Unis) permet désormais d’en finir avec le partage hypocrite des rôles du couple présidentiel : à l’homme politique élu le pouvoir, à sa compagne ou son épouse, la mission de le rendre plus humain à travers le caritatif.
 Dès lors, cette visite à Trappes est sans doute moins anecdotique qu’il y paraît puisqu’elle ouvre une ère nouvelle, sans doute plus moderne dans l’exercice du pouvoir suprême.
Édité par Rémy Demichelis   

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Culture, Education, Loisirs Tourisme, Social, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.