L’Europe chamboulée par la votation suisse

Les Suisses ont validé une initiative qui inquiète l’Europe.
 La votation « contre l’immigration de masse », portée par l’Union démocratique du centre (UDC) issue de la droite populiste, est une « énorme erreur » si l’on en croit la presse européenne. Notamment parce que le texte, destiné à plafonner le nombre de travailleurs étrangers et d’immigrés européens dans le pays, remet en cause les accords de libre circulation conclus avec l’Union européenne (UE).
 Si la Suisse n’est pas membre de l’UE, explique DW, le pays est inclus dans la zone européenne de libre échange et l’espace Schengen. Le Soir, qui titre ce matin « Les Suisses aux Européens : dehors ! », note que le résultat du référendum fera « s’écrouler » l’« échafaudage » des accords bilatéraux entre l’UE et la Suisse, qui a trois ans pour renégocier son alliance avec l’Union.
En Suisse, Le Temps juge que « le malaise, la crainte d’être dépassée par une croissance démographique incontrôlable, l’ont emporté sur les considérations économiques et sur l’incertitude concernant les relations avec l’UE ». Suisse Info.ch parle de « moment-clé dans l’histoire récente » du pays, car pour la première fois, les citoyens ont donné la priorité à leurs propres inquiétudes et non aux conséquences économiques.
 Au-delà de la confédération, le Guardian et le Financial Times anticipent que le vote suisse fasse écho à travers toute l’Europe. Le premier ministre britannique a promis d’organiser un référendum sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne en 2017. Si le oui l’emportait, le pays pourrait se retrouver dans la même situation que la Suisse : à « essayer d’exercer sa souveraineté nationale tout en tentant de conserver un accès au marché européen ».
Le conservateur Daily Telegraph estime que le vote d’hier confirme les prévisions en ce qui concerne les élections européennes du mois de mai : elles devraient accoucher du Parlement le plus eurosceptique de l’histoire.
Le Monde 10/02/2014

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans Europe, Médias, Politique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.