Syrie – Trêve à Homs : une « goutte d’eau » dans la guerre

asyrie811020-syriens-preparant-etre-evacues-homs
Après six jours de trêve, l’évacuation de Homs, une des villes syriennes les plus ravagées par la guerre, a pris fin hier.
Le cessez-le-feu négocié par les Nations unies, qui a débuté vendredi, devait représenter un bref moment de répit pour les milliers d’habitants privés d’eau potable, de vivres et de médicaments.
Mais « même pendant la trêve, les civils et les humanitaires sont en danger », écrivait le NY Times dès dimanche. Le quotidien américain rapporte que les tirs de mortier et les snipers embusqués ont laissé des civils gisant sur le sol. Des camions du convoi humanitaire criblés de balles ont même dû être abandonnés sur le terrain. Le sort de centaines d’hommes évacués est également préoccupant.
Bien que les combattants qui déposent les armes doivent pouvoir être pardonnés et relâchés, le régime détient et questionne tous les hommes qui quittent la ville assiégée. Nombreux sont ceux qui n’ont pas encore été libérés.
Malgré tout, plus de 1 100 personnes ont été évacuées pendant la trêve, la plupart souffrant de malnutrition après dix-huit mois de siège. Cette opération, bien que délicate, n’est qu’une « goutte d’eau dans la mer » comparée à l’aide humanitaire dont à besoin de reste de la Syrie, selon Euronews. D’autant que cette pause à durée déterminée va rester une exception : Damas refuse toujours d’aborder la question « cruciale » de l’aide humanitaire, note Le Temps, qui place peu d’espoirs en les pourparlers de Genève 2, qui ont repris lundi sous l’égide de l’ONU.
Pourtant, le Guardian rapporte ce matin que la Russie, soutien-clé du régime de Bachar Al-Assad, serait « prête à discuter » de l’acheminement de l’aide humanitaire en Syrie. Mais aucune évolution n’est attendue avant la semaine prochaine.

Civilians carry their belongings as they walk towards a meeting point to be evacuated from a besieged area of Homs

A propos kozett

Deux phénomènes peuvent amener à une manipulation dans la prise en compte des informations par notre conscience : --> Le mirage qui voile et cache la vérité derrière les brumes de la sensiblerie et de la réaction émotionnelle. --> L’illusion qui est une interprétation limitée de la vérité cachée par le brouillard des pensées imposées. Celles-ci apparaissent alors comme plus réelles que la vérité qu’elles voilent, et conditionnent la manière dont est abordé la réalité … A notre époque médiatisée à outrance, notre vigilance est particulièrement requise !
Cet article, publié dans International, Social, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.